Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

اللواء احمد بوسطيلة يستقبل وفد من الدرك الروماني بقيادة العميد أنغال أندريسكو/الدرك الروماني يقف على تجارب ا

 

اللواء احمد بوسطيلة يستقبل  وفد من الدرك الروماني بقيادة العميد أنغال أندريسكو

الدرك الروماني يقف على تجارب  الدرك  الجزائري في مكافحة  الجريمة المنظمة

 

في إطار تعزيز وتوطيد العلاقات الدولية بين الجزائر ورومانيا استقبل يوم 27 ماي 2013، قائد الدرك الوطني اللواء احمد بوسطيلة بمقر قيادة الدرك الوطني بالجزائر وفد من الدرك الروماني بقيادة العميد أنغال أندريسكو كاتب الدولة لدى وزير الداخلية، مكلف بالنظام والأمن العمومي ومنسق نشاط الدرك الروماني.

تأتي هذه الزيارة الرسمية في إطار تعزيز العلاقات الثنائية في العديد من المجالات التي تجمع الطرفين الجزائري و الروماني. كما تندرج هذه الزيارة في إطار تبادل الخبرات في مجال الأمن العمومي و كذا مكافحة الجريمة المنظمة بين الدرك الوطني الجزائري و نظيره الروماني، و تهدف إلى تدعيم وتطوير أفق التعاون الثنائي مابين المؤسستين في ميدان التكوين وتبادل الخبرات المهنية. خلال هذه الزيارة الرسمية تم إجراء محادثات بين الطرفين بحضور ومشاركة إطارات سامية من قيادة الدرك الوطني الجزائري.

و قد قام العميد أنغال أندريسكو كاتب الدولة لدى وزير الداخلية، مكلف بالنظام والأمن العمومي ومنسق نشاط الدرك الروماني و الوفد المرافق له خلال اليوم الثاني من زيارته لقيادة الدرك الوطني، بزيارة رسمية ميدانية إلى المفرزة الخاصة للتدخل للدرك الوطني أين قدمت له عروض وشروحات فيما يخص المهام العملياتية المسندة لهذه الوحدة المتخصصة في التدخل ومحاربة اللصوصية والإجرام الخطير ومكافحة العصابات الإجرامية الخطيرة.

المحطة الثانية لزيارة الوفد الروماني كانت المعهد الوطني للأدلة الجنائية وعلم الإجرام للدرك الوطني ببوشاوي (الجزائر) أين تلقى هذا الوفد عرض بشأن هذا القطب العلمي والتقني الذي يعتبر سند قوي لسلسلة الضبطية القضائية للدرك الوطني كما طاف هذا الوفد وتعرف على الإمكانيات والوسائل التكنولوجية الحديثة المعمول بها على مستوى 31 دائرة ومخبر عملياتي بكل التخصصات كدائرة علم البيولوجيا، دائرة علم السموم، دائرة الطب الشرعي، دائرة التحاليل الدقيقة، دائرة البصمات، دائرة فحص الوثائق ودائرة فحص المركبات حيث أبدى العميد أنغال أندريسكو والوفد المرافق له إعجابه بهذا الصرح العلمي ذو مستوى عالي من الاحترافية. خلال نفس اليوم أيضا قام الوفد بزيارة ميدانية إلى مركز التكوين في الدراجات النارية ببينام، بالاضافة الى مركز التكاثر و التكوين السينوتقني للدرك الوطني ببينام أين قدمت للعميد أنغال أندريسكو و الوفد المرفق له شروحات وافية حول برنامج التكوين الموجودة بهذه المراكز في مجال تكوين الدركيين مروضو الكلاب المدربة في عدة إختصاصات.

                                                                                                                                          المصدر/س.د.و

 

Voir les commentaires

ما يسمى اللجنة الوطنية للدفاع عن حقوق البطالين/تتحامل على سلاح الدرك الوطني

 

 

ما يسمى اللجنة الوطنية للدفاع عن حقوق البطالين
تتحامل على سلاح الدرك الوطني
تقرير /صالح مختاري


ان اتهام ما يسمى اللجنة الوطنية للدفاع عن حقوق البطالين لافراد الدرك الوطني على انهم قاموا بقمع وحشي وأعمال غير أخلاقية ضد المحتجين بعد مرور نحو شهرين على تنظيم وقفة احتجاج بورقلة ليس بالأمر البريء هؤلاء هم إخواننا ولم يقوموا الا بواجبهم الذي يمليه عليهم الدستور واما قضية القمع والإعمال الغير أخلاقية فهي ليست من سيمات من يقومون يوميا بمحاربة الجريمة المنظمة والإرهاب ويحرسون أكثر من 1200 كلم من الحدود التى يريد خونة الداخل والمتآمرين من الخارج ان تكون مفتوحة عبر مثل هذه الاحتجاجات الم تحصل فئة البطالين على ما تريد من مناصب شغل بعدما أطلقت إشاعات ضد الوزير الاول سربت على انه أهان سكان الجنوب و نفس الامر حدث مع السيدة لويز ة حنون التى حرفت تصريحاتها التى لم يفهمها الا ذو الالباب .. إن قيام ما يسمى اللجنة الوطنية للدفاع عن حقوق البطالين بورقلة وممثلي الأحياء حسب بيان المنشور اليوم عبر الموقع الاجتماعي الفايسبوك والذي يمهل أصحابه السلطات المعنية أيام معدودة لتحرك بسرعة بفتح تحقيق مع فرقة الدرك الوطني وتقديم المعنيين للعدالة هو أمر يدخل في اطار محاولة تشويه سمعة سلاح الدرك الوطني بعد ان تم ترويض اصحاب البيان ووقوعهم في فخ أصحاب السياسة المعروفون بالتخالاط والتهراس و الذين يشيرون علي أصحاب البيان بمثل هذه المتاهات ..ا أخرها كانت اتهام وزارة الداخلية بالوقوف وراء محاولة اغتيال طاهر بلعباس فهل يعقل ان يصدق عاقل هذه الادعاءات الباطلة ..الجزائر معرضة للمؤامرات والدسائس و هؤلاء تغمركم السعادة عندما تتكلم عنكم وسائل الاعلام الاجنبية..التى تبحث عن مثل هذه الادعاءات لتجعل من الحبة قبة ..وبخصوص ادعاءات تعرض اعضاء هذا البيان الى التسفية الجسدية فان اطراف سياسية وبعض العملاء باستطاعتهم الفيام بمثل هذه المسرحيات لايهام الراي العام بان السلطات تقف وراء هذه الامور من اجل استغلالها اعلاميا بغرض فتح الباب امام فتنة يقال عنها ربيع الذي انتهت أيامه بفوضى أمنية واجتماعية في ليبيا وتونس ومصر واليمن

Voir les commentaires

Les connexions secrètes de la DGSE/Livraisons d'armes de la France au général Massoud en Afghanistan

 

Les connexions secrètes de la DGSE

Livraisons d'armes de la France au général Massoud en Afghanistan

 

Nos agents sont vraiment très spéciaux. Regardez celui-là, silhouette mince, chapeau et

manteau noirs à la Mitterrand, en ces jours glacés de février. Droit comme un i, petites lunettes,

un journal à la main. Affable et peu bavard comme il se doit, il était, il y a peu, l'un des plus

hauts responsables de la Piscine - comprenez la DGSE, surnommée ainsi à cause de la

proximité de ses locaux avec la piscine Georges-Vallerey, dans le XXe arrondissement de

Paris. Mais piquez-y une tête, vous n'aurez pas l'impression d'être entouré de James Bond en

maillot.

C'est l'agent au chapeau noir qui, la première fois au cours de cette enquête, a évoqué les

livraisons d'armes de la France au général Massoud. « On l'a aidé depuis le début. Les premiers

temps, les armes étaient livrées par avion sur la base de Peshawar, au Pakistan. À la fin, on les

a larguées par parachute, au-dessus des montagnes afghanes1. » « On » : mot pudique pour

désigner la DGSE. C'est au plus haut niveau de l'État, à l'Élysée, que la décision avait été prise

de prêter main-forte au futur opposant majeur au régime des Talibans. À l'époque, Massoud

n'est encore que le chef d'un groupe luttant âprement contre l'invasion soviétique en

Afghanistan. « Seule l'autorité politique peut prendre une telle décision ; d'ailleurs toute

intervention des services français à l'étranger doit recevoir le triple feu vert de la Défense, de

Matignon et de l'Élysée, confie notre agent. Il n'y a jamais de document écrit, juste des instructions

verbales. Mais un directeur de la DGSE ne s'engagerait jamais seul dans une telle aventure sans le feu

vert du gouvernement. Ne serait-ce que pour des raisons de carrière, il lui faut se couvrir. Nous, on

avise le politique, on lui adresse notes, rapports, études, synthèses... Même si les instructions en retour

sont rarissimes ! » Dans le chaos afghan, Massoud, parce qu'il est tadjik, est l'un des rares chefs de

guerre afghans (en majorité pachtouns) à ne pas être une marionnette du service de renseignements

pakistanais, donc de l'Arabie saoudite, et par voie de conséquence des États-Unis. Résultat, il a

pratiquement été le seul que les Américains n'ont pu empêcher de solliciter l'appui des Européens - et

tout particulièrement des Français - pendant la guerre contre la présence soviétique. Seul autre cas,

celui de l'Ouzbek Rachid Dostom qui a su nouer des liens avec la Russie comme Massoud avec la

France.

Des livraisons secrètes à hauts risques

Un autre ancien espion français, spécialiste reconnu du Proche-Orient, se souvient. Alain Chouet

est entré à la Piscine en 1972, et il est devenu l'un des piliers de la maison sur les questions de l'islam,

du terrorisme et du Proche-Orient. Son dernier poste2 à la DGSE : chef du Service de renseignements

de sécurité. Depuis qu'il a quitté la DGSE, l'homme à la barbe courte a abandonné veste et cravate

pour le blouson de cuir; il donne des conférences en France et aux États-Unis, et publie des analyses

sur l'islam ou le terrorisme. « Les premiers contacts français avec la résistance afghane datent des

années 83-85, confesse-t-il. Ils ont commencé avec des chefs pachtouns et les services secrets

pakistanais, ce qui a fort déplu aux Américains, qui les avaient déjà pris sous leur aile. Les Français se

sont alors tournés vers Massoud. Une relation privilégiée s'est donc tissée, dès la fin des années 1980,

entre les services secrets français et le "Lion du Panshir". Une relation qu'il a bien fallu honorer en lui

fournissant assistance médicale, formation militaire et armes, faute de quoi il serait allé voir ailleurs.

Les autorisations du "politique" sont venues à petite échelle au début des années 19903. »

Contrairement aux rares informations ayant filtré sur le soutien de la DGSE à la résistance

afghane, les livraisons d'armes se sont poursuivies longtemps après le retrait soviétique d'Afghanistan.

L'adoption, en 1996, par les Nations unies d'une résolution4, certes non contraignante, demandant

l'arrêt de toutes les livraisons d'armes sur le territoire afghan, n'a pas gêné les agents français : la

France a décidé de soutenir Massoud et ses forces spéciales. La DGSE et le 13è régiment de dragons

parachutistes ont été mobilisés à cet effet. « La véritable "coopération" a pris de l'ampleur vers 1997-

1998 quand les Talibans ont commencé à devenir insupportables, continue Alain Chouet. Il ne faut

cependant pas exagérer l'importance de cette assistance armée, qui a plus souvent emprunté la voie

routière que la voie des airs. » Plusieurs dizaines d'hommes du commandant Massoud ont été discrètement

formés au centre de la DGSE de Cercottes, dans le Loiret. Les principaux fournisseurs

militaires de Massoud, l'Inde, la Russie, l'Iran, ont effectué leurs livraisons par convois entiers

successifs. Les approvisionnements français ont consisté en missiles antichars avec leurs postes de tir,

en armes de poing ou d'épaule ainsi qu'en équipements sanitaires et matériels militaires de

transmissions.

Les livraisons étaient limitées, estime notre agent expert du Proche-Orient, car « les

Français se sont en définitive découverts avec Massoud comme la poule qui a trouvé un

couteau. Qu'en faire ? Après tout, nos intérêts sur zone n'étaient pas évidents. Les politiques ont

donc chichement mesuré leur appui aux services. D'autant que, n'en déplaise aux

"massoudolâtres" des salons parisiens, Massoud est resté jusqu'à sa mort un islamiste

extrémiste. Son opposition aux Talibans n'était ni religieuse ni idéologique, mais ethnique et

clanique. » Quand il est apparu que les premiers membres des GIA algériens avaient été formés

chez Massoud, cela a généré des troubles au sein de la DGSE. « Ces tensions ont essentiellement

opposé le service Action, qui avait sa propre logique opérationnelle et ses copinages

sur le terrain, au service de contre-espionnage, en particulier dans sa composante contreterrorisme,

qui voyait en Massoud un danger potentiel aussi important que les Talibans. » Car,

aux dires des experts, le fameux général semble avoir planté autant de pavot que de mines

meurtrières dans le sol afghan.

Un État en totale schizophrénie

La polémique interne n'a pas mis les services à feu et à sang mais, avec le recul, a pris toute

sa dimension. Car, comme l'analyse un ancien agent de la Piscine, « l'aide militaire à Massoud a

permis de pérenniser encore plus un conflit déjà interminable. Le général n'aurait jamais pu

gouverner l'Afghanistan, déchiré par une guerre tribale, ethnique et clientéliste, principalement

pour le contrôle de la culture du pavot. En le soutenant, on a encore aggravé le pourrissement de

la situation dans le pays. » En résumé, soupire l'ex-espion, « l'aide militaire secrète aura

contribué à créer un nouveau berceau du terrorisme ». Difficile pourtant, de l'avis des experts du

terrain afghan, d'établir un lien direct de cause à effet. Une nation comme la France ne peut

toutefois pas faire l'économie d'une réflexion sur les conséquences géopolitiques

de ces pratiques à hauts risques que sont les livraisons d'armes occultes. D'autant que l'État

nage en pleine schizophrénie. D'un côté on trouve une partie de ses institutions, principalement

le ministère des Affaires étrangères, qui lutte contre les trafics d'armes. Le quai d'Orsay adopte

 

des positions publiques, participe à des négociations diplomatiques, signe et ratifie conventions

et traités internationaux. À ce titre, il engage la France par la voix du ministre en charge de sa

diplomatie. Parallèlement, les services secrets, c'est-à-dire la Piscine, jouent un double jeu: ils

n'hésitent pas à mettre des armes en circulation dans les zones de trouble, en livrant fusils

d'assaut et matériels militaires de transmission, alors que d'autres agents du même service sont

chargés d'assister aux réunions très officielles qui autorisent les ventes d'armes à l'étranger, afin

de vérifier si les exportations sont pertinentes ou pas.

Secrète, la DGSE n'en est pas moins une administration publique, émanation de l'État; son

fonctionnement et son organisation sont régis par la loi. Elle participe notamment au Comité de

surveillance des exportations d'armes, qui se tient au ministère de la Défense, et à toutes les

réunions interministérielles qui précèdent des ventes de matériels de guerre. Le gouvernement

attend du service d'espionnage rien de moins que « contrôler les intermédiaires, détecter les

faux certificats de destination finale, vérifier l'honorabilité des sociétés acheteuses et

l'adéquation des matériels achetés aux capacités du pays acheteur, surveiller le contexte

géopolitique et les risques de prolifération, contrôler l'exportation du chiffre militaire5 »...

Pourtant la DGSE peut être amenée à prendre des libertés avec les engagements internationaux

de la France.

L'ancien haut responsable de la DGSE, Alain Chouet, se dit « à peu près certain » qu'il n'y a

pas eu, dans les années 1990, à part en Afghanistan et probablement en Afrique centrale, d'autres

livraisons secrètes de la DGSE au travers de la planète. « François Mitterrand se montrait assez

hostile à ce genre d'opérations. Jacques Chirac ne voulait pas entendre parler de la maison, même

Michèle Alliot-Marie ne veut en aucun cas avoir à faire avec les services et le monde du

renseignement », dit-il.

Patron depuis 1995 de la cellule Afrique de l'Élysée, l'ambassadeur Michel de Bonnecorse

passe pour un homme préférant les solutions négociées au fracas des armes. Donc peu susceptible

d'inciter les agents français à expédier de la poudre à canon vers un quelconque allié secret de la

France. Dans les années 1980, ce type d'opération occulte était plus facilement ordonné par le

pouvoir politique. Des interventions en tout genre en Afrique francophone, et aussi en Angola,

hors du champ africain traditionnellement surveillé par Paris : depuis le soutien apporté à la

rébellion de Savimbi contre le pouvoir central, marxiste, décidé par l'aristocratique chef des

services français, Alexandre de Marenches, le roi du Maroc et la CIA, la DGSE a poursuivi

l'effort militaire secret en faveur du maquis angolais. De vraies opérations clandestines, montées

par le service Action, via des agents non identifiables en tant que tels, que la France n'a jamais

assumé et n'assumera jamais publiquement. Au moment où le leader de la rébellion angolais,

Jonas Savimbi, a décidé de rompre l'accord de paix et contesté le processus électoral, ses soutiens

d'antan se sont détachés, entraînant le vote d'un embargo militaire à l'encontre de son mouvement,

l'UNITA6.

Pour la DGSE, l'Afrique est depuis toujours un monde à part. Les affaires africaines sont «

cogérées » par plusieurs intervenants de l'exécutif, coordonnés par la cellule africaine de l'Élysée.

C'est un véritable domaine réservé dans lequel les services secrets interviennent essentiellement

via le fameux service Action, chargé des opérations clandestines7. Les liens indéfectibles de la

France et de sa classe dirigeante avec les présidents-dictateurs africains expliquent peut-être cet

état de fait...

Dans les années 1980 encore, hormis l'aide aux Afghans antisoviétiques, la DGSE a mouillé

l'essentiel de sa chemise dans la guerre civile qui a déchiré le Liban. Notamment via des

 

opérations ultra-clandestines. « Armes légères, systèmes de transmissions, formation de gardes du

corps, assistance technique ont été fournis à diverses milices chrétiennes et druzes, ainsi qu'aux

forces légales libanaises, qui se trouvaient alors réduites au rang de milice comme les autres. Cela

n'a jamais donné lieu à des livraisons à grande échelle, mais plutôt à des opérations ciblées et

ponctuelles. Ces milices aidaient la France dans la recherche et la neutralisation des réseaux

terroristes Hezbollah, sunnites, palestiniens ou pro-syriens qui étaient alors menaçants8 », se

souvient Chouet. On l'a vu à l'été 2006, le Hezbollah a néanmoins développé une puissance

militaire considérable, grâce à la Syrie et à l'Iran.

Un « trombinoscope » des trafiquants

Quand elle ne livre pas elle-même des armements dans les zones instables, la DGSE suit au

jour le jour les problèmes de prolifération, de transferts de technologies et de trafics d'armes.

C'est le seul service de renseignements chargé de ce suivi permanent. D'autres structures y

touchent parfois (Direction de la surveillance du Territoire, Direction de la protection et de la

sécurité de la défense nationale, Renseignements généraux, Douanes...), mais plutôt à

l'occasion d'infos qui remontent ponctuellement, au gré du traitement des « sources ». À la

DGSE, c'est la direction du renseignement qui traite le dossier : elle comporte une section «

contre-prolifération », qui vise les armements classiques ou pas (biologiques, chimiques,

nucléaires...). Au sein de cette section cohabitent trois secteurs : terrorisme, mercenaires et

trafiquants d'armes. Et pour chacun de ces secteurs, des agents partent à la recherche du

renseignement, tandis que d'autres analysent l'information recueillie. « Les effectifs et les

moyens affectés sont suffisants », estime un cadre. Les services secrets s'efforcent ainsi

d'assurer dans la durée un suivi des personnes et structures impliquées. « On connaît, on

surveille et on pénètre un peu le monde des trafiquants9 », explique un ex-agent. Un «

trombinoscope » des trafiquants a ainsi été constitué au fil des ans, rassemblant toutes les

informations sur des fichiers informatisés. Une bonne centaine de noms y figurent avec photos,

ce qui en fait une petite base de données par rapport au fichier « mercenaires » qui comporte

quelque 500 identités. La DGSE suit aussi à la trace les matériels de guerre officiellement

vendus par la France, afin de vérifier s'ils repartent ensuite ailleurs, et où. « Lorsqu'elle

constate de tels transferts, relève un rapport de l'Assemblée nationale, la DGSE les signale au

gouvernement10. » On regarde par exemple s'il existe des incohérences entre les capacités ou

l'équipement de l'armée du pays acheteur, et le matériel livré.

Au-delà des fournitures secrètes et de l'analyse permanente des informations qui remontent

vers le boulevard Mortier11, les agents secrets se chargent d'entretenir à l'année des canaux

d'informations vers les milieux les plus inavouables. Dont celui des trafiquants d'armes. Ces

derniers ont souvent eux-mêmes été à la solde du ministère de la Défense de leur pays

d'origine. Bénéficiant des liens noués au fil des années, ils se targuent d'être « couverts » ; un

bluff permanent, sans que personne n'ose les démentir. Il faut reconnaître que sans ces

personnages, il ne saurait y avoir de renseignement digne de ce nom. Comment feraient les

services secrets pour se procurer chez l'ennemi des échantillons d'armes utilisant des

technologies avancées, qu'ils aimeraient bien décortiquer par le menu pour en analyser les

caractéristiques ? Ce sont des trafiquants, des intermédiaires, d'« honorables correspondants »

qui partent à la pêche... Mais faut-il pour autant dîner avec le diable ? Certains espions sont

radicalement contre le mélange des genres, même s'ils l'ont pratiqué pendant leur carrière en

recueillant parfois des informations auprès de personnages peu recommandables. «Un service

occidental digne de ce nom ne devrait pas se compromettre dans ces jeux malsains12 », regrette

l'un d'entre eux.

 

Les agences d'espionnage ont leurs arguments. « Il est clair que l'État ne peut assumer

ouvertement l'existence de liens avec des structures illégales, analyse Alain Chouet, l'ancien

chef du Service de renseignement de sécurité à la DGSE. Il ne peut cependant les ignorer ou

faire comme si elles n'existaient pas. C'est ce principe de réalité qui gouverne l'existence et

l'activité des services dits "spéciaux". L'État a tout ce qu'il lui faut (diplomates, années, experts,

coopérants, etc.) pour dialoguer ou se battre avec les structures légitimes ou légales étrangères.

Le problème se pose du "contact" avec les structures illégales, illicites ou illégitimes, du

terrorisme à la criminalité en passant par les oppositions violentes aux régimes en place...

L'État ne peut engager ouvertement ses instances diplomatiques ou politiques dans un dialogue avec

des puissances qui sont par définition actuellement ou potentiellement terroristes13. »

D'ex-agents de la DGSE spécialisés dans les ventes d'armes

C'est, selon l'ex-cadre de la Piscine, le rôle des services : « Cette fonction de "contact" (qui peut

d'ailleurs être violent) n'implique nullement une reconnaissance ou une approbation de l'interlocuteur : si

c'était le cas, on utiliserait les canaux visibles et légaux pour marquer cette reconnaissance. Mais elle est

essentielle à la sécurité collective. On ne peut pas se défendre efficacement contre un adversaire qu'on

ignore. Cela dit - et puisqu'on est dans l'humain - il arrive que la fonction "dérape" et que le "contact" se

transforme en "connivence". C'est le problème classique des flics avec les "indics", des agents des

douanes avec les "aviseurs", des services avec les "agents", etc. Ce problème est cependant moins

fréquent que certaines fictions littéraires ou cinématographiques le laissent entendre. Il est vrai qu'une

manipulation ordinaire n'a rien de télégénique... » Il faut relire John Le Carré, Une amitié absolue,

conseille notre homme, pour mieux saisir les subtilités et l'évolution de ces relations contre nature.

Cette zone grise peuplée d'intermédiaires plus ou moins véreux et d'hommes d'affaires sans scrupule

est encombrée d'anciens militaires en reconversion, voire d'anciens espions, qui gardent parfois le

contact avec leurs maisons d'origine. On verra plus loin le cas de Robert Montoya, l'ex-gendarme qui, en

vendant des avions de combat au président ivoirien, a indirectement - et sans le vouloir - entraîné la mort

de neuf soldats français, bombardés dans leur campement de Bouaké.

D'autres anciens cadres de la DGSE se sont fait une spécialité des ventes d'armes. Au cours de leur

carrière dans le renseignement, ils ont accumulé en France et à l'étranger de précieux contacts avec des

responsables gouvernementaux, de hauts gradés, des industriels de défense. En mettant ensuite leur

carnet d'adresses chèrement valorisé au service des ventes d'armes et des causes les plus aléatoires, ils

entretiennent un flou malsain : services secrets et marchands de canon, tout ce petit monde main dans la

main...

Ainsi les Imbot, père et fils. Deux noms connus du renseignement français. Le général René Imbot a

été le chef de la DGSE de 1985 et 1987 ; il y avait été nommé pour remettre de l'ordre dans les services

après l'affaire du Rainhow Warrior et pour, disait-il alors, « couper les branches pourries ». Le nom de

son fils Thierry, lui aussi espion jusqu'en 1991 au service de la France, est entouré de mystère depuis

qu'un jour d'octobre 2000, il s'est tué en tombant de sa fenêtre. Une fois à la retraite, le général Imbot14

n'a rien trouvé de mieux que d'endosser le costume d'intermédiaire, principalement pour des entreprises

de l'armement. Aux États-Unis, il s'entremet pour la firme15 qui a repris la célèbre marque Winchester,

producteur des fusils, carabines et pistolets du même nom qui inondent l'Amérique. Avec son fils

Thierry16, qui a quitté la DGSE en 1991, tous deux ont joué les intermédiaires pour Thomson-CSF

(aujourd'hui Thales), Giat, Dassault et Airbus. Parlant parfaitement chinois, Thierry Imbot a dirigé des

sociétés17 de conseil aux États-Unis et fait des affaires à Taiwan. Aux côtés des autres « consultants »,

Imbot père et fils ont été, comme le soulignent d'anciens cadres de la DGSE, les agents de Thomson

 

dans le fameux contrat des frégates vendues à l'île nationaliste. Ils n'avaient alors plus rien à

voir avec les services secrets français, mais sont intervenus sur un énorme marché militaire qui,

aujourd'hui encore, suscite des interrogations entre Paris et Taïwan. Pour le compte d'une

entreprise publique tricolore. Mais au profit d'intérêts mercantiles.

Agent secret lui aussi, Pierre Léthier a occupé le fauteuil de chef de cabinet de deux patrons

des services avant de se reconvertir dans les affaires, profession lobbyiste, en 1988.

Condamné18 pour son rôle dans le scandale Elf, ce colonel de réserve s'est surnommé lui-même

l'« espion de l'affaire Elf » pour promouvoir son autobiographie19. Racontant son métier de «

consultant d'affaires » - « l'une des activités les plus intéressantes qui soient », dit-il -, Pierre

Léthier reste pudique sur quelques-unes des opérations qu'il a eues à traiter. Il évoque ses

relations avec Aérospatiale où il contribua aux négociations pour vendre des Airbus aux

compagnies Tunis Air et Olympic Airways, revient sur sa participation au projet de

l'hélicoptère de combat d'Eurocopter, le fameux Tigre. Que des affaires politiquement très

correctes pour un ancien agent secret. En revanche, il ne dit mot de son intercession dans la

vente à l'année pakistanaise de missiles français.

Or c'est ce que révèle une lettre tamponnée « confidentiel » adressée par la société

Euromissile, filiale du groupe de défense EADS, à une discrète structure off shore anglaise,

appartenant à Léthier. Le document, ainsi que les papiers de cette société britannique Switch

Global, avaient été saisis par les juges de l'affaire Elf et n'ont a priori rien d'illégal. Pour

résumer cet « accord de consultant » au « contenu secret et confidentiel », Euromissile propose

à Pierre Léthier d'être intéressé à la conclusion d'un « contrat à venir pour l'année pakistanaise

de 300 missiles Milan et 20 postes de tir Milan ». « Une opération pouvant être suivie d'un

contrat semblable », promet la missive, qui souligne : « Vous nous assisterez dans notre action

commerciale pour finaliser ces négociations. » Honoraires promis : 9 %. Pas négligeable pour

un ancien fonctionnaire. Au début des années 1990, quand l'affaire se négocie, le Pakistan est le

meilleur allié des Occidentaux, depuis que les Soviétiques ont envahi l'Afghanistan. Dans ce

cas, pourquoi s'interdire de lui vendre, comme le fait Léthier, des missiles ? Le problème, c'est

le devenir de ces missiles dans un pays métamorphosé en chaudron de l'islamisme régional.

Une inconnue qui aurait de quoi émouvoir.

Des têtes brûlées du Service Action en Birmanie

Nostalgiques du coup de main, prompts à voler au secours des causes perdues, d'anciens

membres du Service Action des services secrets se sont mis en tête de livrer des armes, tout

seuls, dans leur coin. De continuer l'action clandestine menée au service de la DGSE, mais en

électrons libres. C'est ce qui est arrivé au Myanmar, l'ex-Birmanie, au profit de la rébellion

karen. L'objectif de ces têtes brûlées consistait à affaiblir le régime dictatorial en place, en

soutenant les tribus montagnardes. Les Karens, connus pour ces images étonnantes de femmes

au cou de girafes, constituent l'un des deux groupes ethniques, de confession chrétienne ou

bouddhiste, en rébellion contre la junte au pouvoir à Rangoun.

Un ancien industriel français de l'armement raconte ces faits d'armes finalement peu

glorieux. Immergé des années durant dans le microcosme militaro-industriel, il a pu observer

non seulement la caste des marchands et des intermédiaires, avec ses rites et ses pratiques

inavouables, mais aussi les compromissions de l'appareil d'État - services, diplomates, voire

entreprises publiques et offices à l'exportation. A soixante-treize ans, Jean de Tonquedec n'a

pas été un protagoniste majeur, n'a pas eu en mains les destinées des plus grands groupes, mais

s'est trouvé là où il fallait : au croisement de la fabrication des matériels, de leur exportation, et

donc des intérêts nationaux. Il a notamment été le patron de la Société des matériaux spéciaux,

 

filiale de la future Renault Véhicules Industriels, qui commercialise un véhicule français blindé

léger.

L'aventure lui est tombée dessus au début des années 1990 au cours d'une discussion à

bâtons rompus à l'hôtel Indra, le grand établissement de Bangkok. « Faire un beau coup, une

opération spectaculaire en fin de carrière m'avait tenté, c'est pour cela que j'ai dit banco.

L'affaire était destinée à rester secrète, et donc moins j'en savais, mieux je me portais20 », se

souvient aujourd'hui Jean de Tonquedec, qui a en partie évoqué l'histoire dans un livre21. Il lève

le voile sur les dessous d'une opération de livraison à la guérilla birmane, par d'anciens agents

des services français, d'armes légères : « fusils AK47, munitions, grenades, mortiers portables

». L'affaire a été stoppée net par les balles de soldats birmans, quelque part sur le littoral, là où

la frontière entre l'ancien royaume du Siam et le pays de la junte militaire se fond dans la mer.

C'est « Jean-Louis22 », un ancien du Service Action de la DGSE, qui fait un jour appel à

l'industriel. Les deux hommes se connaissent depuis longtemps. Jean-Louis connaît le Tchad

comme sa poche : y étant basé au temps de Goukouni Oueddeï et de Hissène Habré, il a oeuvré

pour la récupération de Françoise Claustre, l'archéologue française enlevée en avril 1974. Le

fameux Jean-Louis est-il en service commandé pour les services français, ou bien agit-il en

privé, entretenant le flou sur ces commanditaires réels ? Pour Tonquedec, pas de doute : c'est

un coup des services secrets. Bien sûr, il ne reçoit pas d'ordre de mission rédigé et tamponné du

sceau officiel de la DGSE. Cela n'existe pas ! Jean-Louis lui résume l'affaire, mais l'enfume

allégrement : « Mes patrons me demandent... », dit-il. Tonquedec, sûr de lui, ne voit pas qu'il

peut être mêlé à une opération des plus risquées, hors de toute légalité, dépourvue des moyens

habituels de la DGSE. Et absolument pas soutenue de près ni de loin par les services français...

Des ratés sur une plage thaïlandaise

Depuis les émeutes de 1988, où les militaires ont réprimé les émeutes populaires dans le

sang, la situation est extrêmement tendue en Birmanie. En juillet 199123, l'Union européenne a

décidé un embargo sur les armes et émis en même temps une « déclaration commune »

demandant aux pays du monde entier de « renoncer à toute vente d'armes ». Recommandation

ignorée par l'ONU, qui n'a jamais pris de sanctions contre la dictature militaire. Sur le terrain,

l'opération montée par « Jean-Louis » a dû résoudre quelques menus problèmes matériels.

Comment livrer les armes ? Par les airs ? Les montagnes rendent les atterrissages impossibles

et les parachutages compliqués. Par voie terrestre ? Passer par la Thaïlande est jouable, mais

cela a un coût: 50 % du prix des « marchandises » pour que l'armée thaïe ferme les yeux. Ne

restait que la mer. Jean de Tonquedec a donc reçu pour mission de trouver un bateau. « Le plan

d'action était simple : il fallait se procurer un petit cargo en fin de carrière, le remplir d'armes et

de munitions, le diriger et l'échouer sur une zone sablonneuse. Les Karens devaient venir le

décharger, avant de repartir se mettre à l'abri dans les zones montagneuses. L'équipe du cargo

était censée s'esquiver discrètement après avoir abandonné le navire: prise en charge par un 4 x

4, passage de la frontière birmano-thaïe en un point sûr, nouvelle prise en charge en 4 x 4 et

installation sur une plage touristique », écrit Tonquedec. À Singapour, où mouillent des

milliers de navires à vendre, il est facile de dénicher un bateau à moteur à manoeuvrer à deux

ou trois. L'équipe fait aussi l'acquisition des cartes des fonds marins, histoire d'accoster sans

souci. L'affaire est enclenchée.

Mais une simple reconnaissance des lieux va faire capoter la livraison. Un réflexe

d'amateur en quelque sorte - Jean de Tonquedec l'admet, lui qui n'avait jamais mis le petit

doigt dans une action de ce type. Par curiosité, avant l'opération, Tonquedec prend le chemin

d'un village thaï situé près de la côte, rejoint par des sentiers ardus un hameau de montagne

 

 

non loin de la frontière. Le lendemain, accompagné de cinq locaux, il passe la frontière pour

explorer le littoral et repérer l'éventuel point d'accostage. Mais des tirs d'obus de mortier les

stoppent net : la saison des pluies terminée, les militaires gouvernementaux avaient repris une

activité normale -et les avaient visiblement mis sous surveillance... L'opération, annulée cette

fois-ci, n'aura visiblement jamais lieu, les divisions entre ethnies réussissant â annihiler tout

effort de soutien de la part des Occidentaux. À Paris, les têtes brûlées parties offrir aux

Karens leur énergie, et pour certains leur vie, sont surveillées de près. Le ministère de la

Défense a tenté de freiner ce petit monde d'aventuriers.

Un colonel des services : « Si on veut, en dix-huit mois on peut balayer toutes

les filières »

Assurer au jour le jour le suivi de l'intégralité du « trombino » des trafiquants d'armes n'est

pas une priorité absolue des services secrets. Loin de là. À moins qu'un sulfureux

intermédiaire ait vendu des bombes à un groupe terroriste ayant l'Élysée dans sa ligne de

mire. Peut-être alors, le gouvernement s'intéresserait-il au sujet... Alain Chouet, l'ancien

cadre de la Piscine, ne se fait pas prier pour souligner l'impéritie des politiques qui, ne

l'oublions pas, ont la haute main

sur la DGSE via le président de la République et le Premier ministre : « Les priorités du

Service, à géométrie variable, sont fonction de la pression exercée par les médias sur le

politique. Ainsi, à l'été 2001, la priorité des priorités était l'immigration clandestine et ses

filières : il est vrai qu'alors 900 Kurdes faisaient du canotage en baie de Saint-Raphaël, le

Service était donc comminatoirement prié de recycler ses effectifs antiterroristes vers

l'immigration sauvage. Évidemment, quelques semaines plus tard, le 11 septembre renversait

brutalement la vapeur en attendant qu'un nouvel événement, canicule, tsunami, révolution,

Angolagate, rhume des foins présidentiel, etc., change à nouveau la donne. D'une manière

générale, tant qu'il n'y a pas le feu au lac et que la presse n'est pas en révolution, les

politiques se foutent complètement des problèmes de renseignement et de sécurité, qui

n'apportent que des ennuis24. »

Un ancien cadre du service de renseignements et de sécurité de la DGSE va plus loin

encore. Jeune retraité, le lieutenant-colonel Guy Deluzurieux a quitté la « boutique » en 2005.

Après vingt ans de services secrets, il s'est fait une idée plus que précise sur les trafics

d'armes même si le devoir de réserve que son ancienne maison lui impose interdit de révéler

ses fonctions passées. Désormais installé à Lyon, il s'est reconverti dans l'intelligence

économique. Son témoignage sur les trafics comme sur les filières nucléaires est décapant : «

Dans le monde d'aujourd'hui, les producteurs et les consommateurs d'armes sont parfaitement

identifiés : les "services" savent où sont situés les stocks à vendre, ils savent également qui

sont les consommateurs, ceux qui vont les acheter. À chaque fois que certains matériels, voire

certains produits susceptibles d'entrer dans la composition d'armes nucléaires, changent de

mains, les clignotants s'allument immédiatement. On connaît également le cheminement des

armes, c'est-à-dire comment et par quelles filières elles vont passer du producteur au

consommateur25. » Conclusion évidente, selon l'ancien espion : « Si on voulait stopper tous

les trafics d'armes, ce pourrait être fait en dix-huit mois. On pourrait très facilement tarir les

réseaux d'alimentation. Mais il faut savoir qu'en enquêtant sur les trafics d'armes, on tombe

toujours sur d'autres trafics : drogue, financement politique ou autres. » Pourquoi des

financements politiques ? Tout simplement parce que les filières illégales recourent

régulièrement aux élus et autres décideurs, pour obtenir des passe-droits et des arrangements,

qu'il faut bien remercier d'une façon ou d'une autre. Voilà pourquoi rien ne change : les

trafics continuent d'alimenter les zones chaudes de la planète en toute impunité..

.

Laurent LÉGER : Trafic d’armes : enquête sur les marchands de mort, Flammarion, 2006, 342 p

Chapitre 1 : Les connexions secrètes de la DGSE : pp. 17-3

شبكة فولتير

Voir les commentaires

Le terrorisme non revendiqué de l’OTAN/les États-Unis ont organisé des attentats en Europe de l’Ouest pendant 50 ans /structures secrètes entraînées par la CIA, en coordination avec le MI6

 

Le terrorisme non revendiqué de l’OTAN
les États-Unis ont organisé en Europe de l’Ouest pendant 50 ans des attentats
structures secrètes de l’Otan avaient été équipées, financées et entraînées par la CIA, en coordination avec le MI6

la France avait eu elle aussi des implications dans des attentats terroristes


Daniele Ganser, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bâle et président de l’ASPO-Suisse, a publié un livre de référence sur « Les Armées secrètes de l’OTAN ». Selon lui, les États-Unis ont organisé en Europe de l’Ouest pendant 50 ans des attentats qu’ils ont faussement attribué à la gauche et à l’extrême gauche pour les discréditer aux yeux des électeurs. Cette stratégie perdure aujourd’hui pour susciter la peur de l’islam et justifier des guerres pour le pétrole.
Silvia Cattori : Votre ouvrage consacré aux armées secrètes de l’Otan s’attache à expliquer ce que la stratégie de la tension et les False flag terrorism comportent de grands dangers. Il nous enseigne comment l’Otan, durant la Guerre froide -en coordination avec les services de renseignement des pays ouest-européens et le Pentagone- s’est servi d’armées secrètes, a recruté des espions dans les milieux d’extrême droite, et a organisé des actes terroristes que l’on attribuait à l’extrême gauche. En apprenant cela, on peut s’interroger sur ce qui peut se passer aujourd’hui à notre insu.
Daniele Ganser : C’est très important de comprendre ce que la stratégie de la tension représente réellement et comment elle a fonctionné durant cette période. Cela peut nous aider à éclairer le présent et à mieux voir dans quelle mesure elle est toujours en action. Peu de gens savent ce que cette expression stratégie de la tension veut dire. C’est très important d’en parler, de l’expliquer. C’est une tactique qui consiste à commettre soi-même des attentats criminels et à les attribuer à quelqu’un d’autre. Par le terme tension on se réfère à la tension émotionnelle, à ce qui crée un sentiment de peur. Par le terme stratégie, on se réfère à ce qui alimente la peur des gens vis-à-vis d’un groupe déterminé. Ces structures secrètes de l’Otan avaient été équipées, financées et entraînées par la CIA, en coordination avec le MI6 (les services secrets britanniques), pour combattre les forces armées de l’Union Soviétique en cas de guerre, mais aussi, selon les informations dont nous disposons aujourd’hui, pour commettre des attentats terroristes dans divers pays C’est ainsi que, dès les années 70, les services secrets italiens ont utilisé ces armées secrètes pour fomenter des attentats terroristes dans le but de provoquer la peur au sein de la population et, ensuite, d’accuser les communistes d’en être les auteurs. C’était la période où le Parti communiste avait un pouvoir législatif important au Parlement. La stratégie de la tension devait servir à le discréditer, l’affaiblir, pour l’empêcher d’accéder à l’exécutif.
Silvia Cattori : Apprendre ce que cela veut dire est une chose. Mais il reste difficile de croire que nos gouvernements aient pu ainsi laisser l’Otan, les services de renseignement ouest-européens et la CIA agir de façon à menacer la sécurité de leurs propres citoyens !
Daniele Ganser : L’Otan était au cœur de ce réseau clandestin lié à la terreur ; le Clandestine Planning Committee (CPC) et l’Allied Clandestine Committee (ACC) étaient des substructures clandestines de l’Alliance atlantique, qui sont clairement identifiées aujourd’hui. Mais, maintenant que cela est établi, il est toujours difficile de savoir qui faisait quoi. Il n’y a pas de documents pour prouver qui commandait, qui organisait la stratégie de la tension, comment l’Otan, les services de renseignement ouest-européens, la CIA, le MI6, et les terroristes recrutés dans les milieux d’extrême droite, se distribuaient les rôles. La seule certitude que nous avons est qu’il y avait, à l’intérieur de ces structures clandestines, des éléments qui ont utilisé la stratégie de la tension. Les terroristes d’extrême droite ont expliqué dans leurs dépositions que c’était les services secrets et l’Otan qui les avaient soutenus dans cette guerre clandestine. Mais quand on demande des explications à des membres de la CIA ou de l’Otan -ce que j’ai fait pendant plusieurs années- ils se limitent à dire qu’il a peut-être pu y avoir quelques éléments criminels qui ont échappé à leur contrôle.
Silvia Cattori : Ces armées secrètes étaient-elles actives dans tous les pays ouest-européens ?
Daniel Ganser : Par mes recherches, j’ai apporté la preuve que ces armées secrètes existaient, non seulement en Italie, mais dans toute l’Europe de l’Ouest : en France, en Belgique, en Hollande, en Norvège, au Danemark, en Suède, en Finlande, en Turquie, en Espagne, au Portugal, en Autriche, en Suisse, en Grèce, au Luxembourg, en Allemagne. On avait d’abord pensé qu’il y avait une structure de guérilla unique et que, par conséquent, ces armées secrètes avaient toutes participé à la stratégie de la tension, donc à des attentats terroristes. Or, il est important de savoir que ces armées secrètes n’ont pas toutes participé à des attentats. Et de comprendre ce qui les différenciait car elles avaient deux activités distinctes. Ce qui apparaît clairement aujourd’hui est que ces structures clandestines de l’Otan, communément appelées Stay behind étaient conçues, au départ, pour agir comme une guérilla en cas d’occupation de l’Europe de l’Ouest par l’Union soviétique. Les États-Unis disaient que ces réseaux de guérilla étaient nécessaires pour surmonter l’impréparation dans laquelle les pays envahis par l’Allemagne s’étaient alors trouvés.
Nombre de pays qui ont connu l’occupation allemande, comme la Norvège, voulaient tirer les leçons de leur incapacité à résister à l’occupant et se sont dit, qu’en cas de nouvelle occupation, ils devaient être mieux préparés, disposer d’une autre option et pouvoir compter sur une armée secrète dans le cas où l’armée classique serait défaite. Il y avait, à l’intérieur de ces armées secrètes, d’honnêtes gens, des patriotes sincères, qui voulaient uniquement défendre leur pays en cas d’occupation.
Silvia Cattori : Si je comprends bien, ces Stay behind dont l’objectif initial était de se préparer pour le cas d’une invasion soviétique, ont été détournées de ce but pour combattre la gauche. Dès lors, on peine à comprendre pourquoi les partis de gauche n’ont pas enquêté, dénoncé ces dérives plus tôt ?
Daniele Ganser : Si on prend le cas de l’Italie, il apparaît que, chaque fois que le Parti communiste a interpellé le gouvernement pour obtenir des explications sur l’armée secrète qui opérait dans ce pays sous le nom de code Gladio il n’y a jamais eu de réponse sous prétexte de secret d’Etat. Ce n’est qu’en 1990 que Giulio Andreotti a reconnu l’existence de Gladio et ses liens directs avec l’Otan, la CIA et le MI6 C’est à cette époque aussi que le juge Felice Casson a pu prouver que le véritable auteur de l’attentat de Peteano en 1972, qui avait secoué alors l’Italie, et qui avait été attribué jusque là à des militants d’extrême gauche, était Vincenzo Vinciguerra, apparenté lui à Ordine Nuovo, un groupe d’extrême droite. Vinciguerra a avoué avoir commis l’attentat de Peteano avec l’aide des services secrets italiens. Vinciguerra a également parlé de l’existence de cette armée secrète Gladio. Et il a expliqué que, pendant la Guerre froide, ces attentats clandestins avaient causé la mort de femmes et d’enfants Il a également affirmé que cette armée secrète contrôlée par l’Otan, avait des ramifications partout en Europe. Quand cette information est sortie, il y a eu une crise politique en Italie, Et c’est grâce aux investigations du juge Felice Casson qu’on a eu connaissance des armées secrètes de l’Otan.
En l’Allemagne, quand les socialistes du SPD ont appris, en 1990, qu’il existait dans leur pays -comme dans tous les autres pays européens- une armée secrète, et que cette structure était liée aux services secrets allemands, ils ont crié au scandale et accusé le parti démocrate-chrétien (CDU). Ce parti a réagi en disant : si vous nous accusez, nous allons dire au public que, vous aussi, avec Willy Brandt, aviez trempé dans cette conspiration. Cela coïncidait avec les premières élections de l’Allemagne réunifiée, que le SPD espérait gagner. Les dirigeants du SPD ont compris que ce n’était pas un bon sujet électoral ; finalement ils ont laissé entendre que ces armées secrètes étaient justifiées.
Au Parlement européen, en novembre 1990, des voix se sont élevées pour dire que l’on ne pouvait pas tolérer l’existence d’armées clandestines, ni laisser sans explication des actes de terreur dont l’origine réelle n’était pas élucidée, qu’il fallait enquêter. Le Parlement européen a donc protesté par écrit auprès de l’Otan et du président George Bush senior. Mais rien n’a été fait.
Ce n’est qu’en Italie, en Suisse et en Belgique, que des enquêtes publiques ont été engagées. Ce sont du reste les trois seuls pays qui ont fait un peu d’ordre dans cette affaire et qui ont publié un rapport sur leurs armées secrètes.
Silvia Cattori : Qu’en est-il aujourd’hui ? Ces armées clandestines seraient-elles toujours actives ? Y aurait-il des structures nationales secrètes qui échappent au contrôle des États ?
Daniele Ganser : Pour un historien, il est difficile de répondre à cette question. On ne dispose pas d’un rapport officiel pays par pays. Dans mes ouvrages, j’analyse des faits que je peux prouver.
En ce qui concerne l’Italie, il y a un rapport qui dit que l’armée secrète Gladio a été supprimée. Sur l’existence de l’armée secrète P 26 en Suisse, il y a également eu un rapport du Parlement, en novembre 1990. Donc, ces armées clandestines, qui avaient stocké des explosifs dans des caches un partout à travers la Suisse, ont été dissoutes.
Mais, dans les autres pays, on n’a rien fait. En France, alors que le président François Mitterrand avait affirmé que tout cela appartenait au passé, on a appris par la suite que ces structures secrètes étaient toujours en place quand Giulio Andreotti a laissé entendre que le président français mentait : « Vous dites que les armées secrètes n’existent plus ; or, lors de la réunion secrète de l’automne 1990, vous aussi les Français étiez présents ; ne dites pas que cela n’existe plus ». Mitterrand fut assez fâché avec Andreotti car, après cette révélation, il dut rectifier sa déclaration. Plus tard l’ancien chef des services secrets français, l’amiral Pierre Lacoste, a confirmé que ces armées secrètes existaient aussi en France, et que la France avait eu elle aussi des implications dans des attentats terroristes
Il est donc difficile de dire si tout cela est révolu. Et, même si les structures Gladio ont été dissoutes, on peut très bien en avoir créé de nouvelles tout en continuant de se servir de cette technique de la stratégie de la tension et des False flag.
Silvia Cattori : Peut-on penser que, après l’effondrement de l’URSS, les États-Unis et l’Otan ont continué de développer la stratégie de la tensio et les False flag sur d’autres fronts ?
Daniele Ganser : Mes recherches se sont concentrées sur la période de la Guerre froide en Europe. Mais l’on sait qu’il y a eu ailleurs des False flag où la responsabilité des États a été prouvée. Exemple : les attentats, en 1953, en Iran, d’abord attribués à des communistes iraniens. Or, il s’est avéré que la CIA et le MI6 s’étaient servis d’agents provocateurs pour orchestrer le renversement du gouvernement Mohammed Mossadegh, ceci dans le cadre de la guerre pour le contrôle du pétrole. Autre exemple : les attentats, en 1954, en Égypte, que l’on avait d’abord attribués aux musulmans. Il a été prouvé par la suite que, dans ce que l’on a appelé l’affaire Lavon ce sont les agents du Mossad qui en étaient les auteurs. Ici, il s’agissait pour Israël d’obtenir que les troupes britanniques ne quittent pas l’Égypte mais y demeurent, aussi pour assurer la protection d’Israël. Ainsi, nous avons des exemples historiques montrant que la stratégie de la tension et les false flag ont été utilisés par les USA, la Grande Bretagne et Israël. Il nous faut encore poursuivre les recherches dans ces domaines, car, dans leur histoire, d’autres pays ont également utilisé la même stratégie.
Silvia Cattori : Ces structures clandestines de l’Otan, créées après la Seconde Guerre mondiale, sous l’impulsion des États-Unis, pour doter les pays européens d’une guérilla capable de résister à une invasion soviétique, n’ont finalement servi qu’à mener des opérations criminelles contre des citoyens européens ? Tout porte à penser que les États-Unis visaient eux tout autre chose !
Daniele Ganser : Vous avez raison de soulever cette question. Les États-Unis étaient intéressés par le contrôle politique. Ce contrôle politique est un élément essentiel de la stratégie de Washington et de Londres. Le général Geraldo Serravalle, chef du Gladio, le réseau italien Stay-behind, en donne un exemple dans son livre. Il raconte qu’il a compris que les États-Unis n’étaient pas intéressés par la préparation de cette guérilla en cas d’invasion soviétique, quand il a vu que, ce qui intéressait les agents de la CIA, qui assistaient aux exercices d’entraînement de l’armée secrète qu’il dirigeait, était de s’assurer que cette armée fonctionne de façon à contrôler les actions des militants communistes. Leur crainte était l’arrivée des communistes au pouvoir dans des pays comme la Grèce, l’Italie, la France. C’est donc à cela que devait servir la stratégie de la tension : à orienter et à influencer la politique de certains pays de l’Europe de l’Ouest.
Silvia Cattori : Vous avez parlé de l’élément émotionnel comme facteur important dans la stratégie de la tension. Donc, la terreur, dont l’origine reste floue, incertaine, la peur qu’elle provoque, sert à manipuler l’opinion. N’assiste-t-on pas aujourd’hui aux mêmes procédés ? Hier, on attisait la peur du communisme, aujourd’hui n’attise-t-on pas la peur de l’islam ?
Daniele Ganser : Oui, il y a un parallèle très net. Lors des préparatifs de guerre contre l’Irak, on a dit que Saddam Hussein possédait des armes biologiques, qu’il y avait un lien entre l’Irak et les attentats du 11 septembre, ou qu’il y avait un lien entre l’Irak et les terroristes d’Al Qaida. Mais tout cela n’était pas vrai. Par ces mensonges, on voulait faire croire au monde que les musulmans voulaient répandre le terrorisme partout, que cette guerre était nécessaire pour combattre la terreur. Or, la vraie raison de la guerre est le contrôle des ressources énergétiques. Du fait de la géologie, les richesses en gaz et en pétrole se concentrent dans les pays musulmans. Celui qui veut se les accaparer, doit se masquer derrière ce genre de manipulations.
On ne peut pas dire qu’il n’y a plus beaucoup de pétrole car le maximum de la production globale – le « peak oil » – va survenir probablement avant 2020 et qu’il faut donc aller prendre le pétrole en Irak, parce que les gens diraient qu’il ne faut pas tuer des enfants pour le pétrole. Et ils ont raison. On ne peut pas leur dire non plus que, dans la Mer Caspienne, il y a des réserves énormes et qu’on veut créer un pipeline vers l’Océan indien mais que, comme on ne peut pas passer par l’Iran au sud, ni passer par la Russie au nord, il faut passer par l’est, le Turkménistan et l’Afghanistan, et donc, il faut contrôler ce pays. C’est pourquoi on qualifie les musulmans de « terroristes ». Ce sont de gros mensonges, mais si l’on répète mille fois que les musulmans sont des « terroristes », les gens finiront par le croire et par se dire que ces guerres antimusulmanes sont utiles ; et par oublier qu’il y a beaucoup de formes de terrorisme, que la violence n’est pas forcement une spécialité musulmane.
Silvia Cattori : En somme, ces structures clandestines ont pu être dissoutes, mais la stratégie de la tension a pu continuer ?
Daniele Ganser : C’est exact. On peut avoir dissout les structures, et en avoir formé de nouvelles. Il est important d’expliquer comment, dans la stratégie de la tension, la tactique et la manipulation fonctionnent. Tout cela n’est pas légal. Mais, pour les États, c’est plus facile de manipuler des gens que de leur dire que l’on cherche à mettre la main sur le pétrole d’autrui. Toutefois, tous les attentats ne découlent pas de la stratégie de la tension. Mais il est difficile de savoir quels sont les attentats manipulés. Même ceux qui savent que nombre d’attentats sont manipulés par des Etats pour discréditer un ennemi politique, peuvent se heurter à un obstacle psychologique. Après chaque attentat, les gens ont peur, sont confus. Il est très difficile de se faire à l’idée que la stratégie de la tension, la stratégie du False flag, est une réalité. Il est plus simple d’accepter la manipulation et de se dire : « Depuis trente ans je me tiens informé et je n’ai jamais entendu parler de ces armées criminelles. Les musulmans nous attaquent, c’est pour cela qu’on les combat ».
Silvia Cattori : Dès 2001, l’Union européenne a instauré des mesures anti-terroristes. Il est apparu ensuite que ces mesures ont permis à la CIA de kidnapper des gens, de les transporter dans des lieux secrets pour les torturer. Les États européens ne sont-ils pas devenus un peu otages de leur soumission aux États-Unis ?
Daniele Ganser : Les États européens ont eu une attitude assez faible à l’égard des États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. Après avoir affirmé que les prisons secrètes étaient illégales, ils ont laissé faire. Même chose avec les prisonniers de Guantanamo. Des voix se sont élevées en Europe pour dire : « On ne peut pas priver les prisonniers de la défense d’un avocat ». Quand Madame Angela Merkel a évoqué cette question, les États-Unis ont clairement laissé entendre que l’Allemagne était un peu impliquée en Irak, que ses services secrets avaient contribué à préparer cette guerre, donc qu’ils devaient se taire.
Silvia Cattori : Dans ce contexte, où il y a encore beaucoup de zones d’ombre, quelle sécurité peut apporter l’Otan aux peuples qu’elle est censée protéger si elle permet à des services secrets de manipuler ?
Daniele Ganser : En ce qui concerne les attentats terroristes manipulés par les armées secrètes du réseau Gladio durant la Guerre froide, il est important de pouvoir déterminer avec clarté quelle est l’implication réelle de l’Otan là-dedans, de savoir ce qui s’est réellement passé. S’agissait-il d’actes isolés ou d’actes organisés secrètement par l’Otan ? Jusqu’à ce jour, l’Otan a refusé de parler de la stratégie de la tension et du terrorisme durant la Guerre froide, l’Otan refuse toute question concernant Gladio.
Aujourd’hui, on se sert de l’Otan comme d’une armée offensive, alors que cette organisation n’a pas été créée pour jouer ce rôle. On l’a activée dans ce sens, le 12 septembre 2001, immédiatement après les attentats de New York. Les dirigeants de l’Otan affirment que la raison de leur participation à la guerre contre les Afghans est de combattre le terrorisme. Or, l’Otan risque de perdre cette guerre. Il y aura, alors, une grande crise, des débats. Ce qui permettra alors de savoir si l’Otan mène, comme elle l’affirme, une guerre contre le terrorisme, ou si on se trouve dans une situation analogue à celle que l’on a connue durant la Guerre froide, avec l’armée secrète Gladio, où il y avait un lien avec la terreur. Les années à venir diront si l’Otan a agi en dehors de la mission pour laquelle elle a été fondée : défendre les pays européens et les États-Unis en cas d’invasion soviétique, évènement qui ne s’est jamais produit. L’Otan n’a pas été fondée pour s’emparer du pétrole ou du gaz des pays musulmans.
Silvia Cattori : On pourrait encore comprendre qu’Israël, qui a des intérêts à élargir les conflits dans les pays arabes et musulmans, encourage les États-Unis dans ce sens. Mais on ne voit pas quel peut être l’intérêt des États européens à engager des troupes dans des guerres décidées par le Pentagone, comme en Afghanistan ?
Daniele Ganser : Je pense que l’Europe est confuse. Les États-Unis sont dans une position de force, et les Européens ont tendance à penser que la meilleure chose est de collaborer avec le plus fort. Mais il faudrait réfléchir un peu plus. Les parlementaires européens cèdent facilement à la pression des États-Unis qui réclament toujours davantage de troupes sur tel ou tel front. Plus les pays européens cèdent, plus ils se soumettent, et plus ils vont se trouver confrontés à des problèmes toujours plus grands. En Afghanistan, les Allemands et les Britanniques sont sous le commandement de l’armée américaine. Stratégiquement, ce n’est pas une position intéressante pour ces pays. Maintenant, les États-Unis ont demandé aux Allemands d’engager leurs soldats également au sud de l’Afghanistan, dans les zones où la bataille est la plus rude. Si les Allemands acceptent, ils risquent de se faire massacrer par ces forces afghanes qui refusent la présence de tout occupant. L’Allemagne devrait sérieusement se demander si elle ne devrait pas retirer ses 3000 soldats d’Afghanistan. Mais, pour les Allemands, désobéir aux ordres des États-Unis, dont ils sont un peu les vassaux, c’est un pas difficile à faire.
Silvia Cattori :Que savent les autorités qui nous gouvernent aujourd’hui de la stratégie de la tension ? Peuvent-elles continuer comme cela à laisser des fauteurs de guerres fomenter des coups d’État, kidnapper et torturer des gens sans réagir ? Ont-elles encore les moyens d’empêcher ces activités criminelles ?
Daniele Ganser : Je ne sais pas. Comme historien, j’observe, je prends note. Comme conseiller politique, je dis toujours qu’il ne faut pas céder aux manipulations qui visent à susciter la peur et à faire croire que les « terroristes » sont toujours les musulmans ; je dis qu’il s’agit d’une lutte pour le contrôle des ressources énergétiques ; qu’il faut trouver des moyens pour survivre à la pénurie énergétique sans aller dans le sens de la militarisation. On ne peut pas résoudre les problèmes de cette façon ; on les aggrave.
Silvia Cattori : Quand on observe la diabolisation des Arabes et des musulmans à partir du conflit israélo-palestinien, on se dit que cela n’a rien à voir avec le pétrole.
Daniele Ganser : Oui, dans ce cas oui. Mais, dans la perspective des États-Unis, il s’agit bien d’une lutte pour prendre le contrôle des réserves énergétiques de ce bloc eurasiatique qui se situe dans cette « ellipse stratégique » qui va de l’Azerbaïdjan en passant par le Turkménistan et le Kazakhstan, jusqu’à l’Arabie Saoudite, l’Irak, le Koweït et le Golfe persique. C’est précisément là, dans cette région où se déroule cette prétendue guerre « contre le terrorisme », que se concentrent les plus importantes réserves en pétrole et en gaz. À mon avis, il ne s’agit pas d’autre chose que d’un enjeu géostratégique à l’intérieur duquel l’Union européenne ne peut qu’être perdante. Car, si les États-Unis prennent le contrôle de ces ressources, et que la crise énergétique s’aggrave, ils leur diront : « Vous voulez du gaz, vous voulez du pétrole, très bien, en échange nous on veut ceci et cela ». Les États-Unis ne vont pas donner gratuitement le pétrole et le gaz aux pays européens. Peu de gens savent que le « peak oil », le maximum de la production, a déjà été atteint dans la Mer du Nord et que, par conséquent, la production du pétrole en Europe - la production de la Norvège et de la Grande Bretagne - est en déclin.
Le jour où les gens réaliseront que ces guerres « contre le terrorisme » sont manipulées, et que ces accusations contre les musulmans sont, en partie, de la propagande, ils vont être surpris. Les États européens doivent se réveiller et comprendre enfin comment la stratégie de la tension fonctionne. Et ils doivent aussi apprendre à dire non aux États-Unis. En plus, aux États-Unis aussi, il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas de cette militarisation des relations internationales.
Silvia Cattori : Vous avez aussi fait des recherches sur les attentats du 11 septembre 2001 et vous avez cosigné un livre avec d’autres intellectuels qui se préoccupent des incohérences et des contradictions dans la version officielle de ces évènements ainsi que dans les conclusions de la commission d’enquête mandatée par Monsieur Bush ? Ne craignez-vous pas d’être accusé de « théorie conspirationniste » ?
Daniele Ganser : Mes étudiants et d’autres gens m’ont toujours demandé : si cette « guerre contre le terrorisme » concerne vraiment le pétrole et le gaz, les attentats du 11 septembre n’ont-ils pas aussi été manipulés ? Ou est-ce une coïncidence, que les musulmans d‘Oussama ben Laden aient frappé exactement au moment où les pays occidentaux commençaient à comprendre qu’une crise du pétrole s’annonçait ? J’ai donc commencé à m’intéresser à ce qui avait été écrit sur le 11 septembre et à étudier également le rapport officiel qui a été présenté en juin 2004. Quand on se plonge dans ce sujet, on s’aperçoit d’emblée qu’il y a un grand débat planétaire autour de ce qui s’est réellement passé le 11 septembre 2001. L’information que nous avons n’est pas très précise. Ce qui pose question dans ce rapport de 600 pages est que la troisième tour qui s’est effondrée ce jour là, n’est même pas mentionnée. La commission ne parle que de l’effondrement de deux tours, les « Twin Towers ». Alors qu’il y a une troisième tour, haute de 170 mètres, qui s’est effondrée ; la tour appelée WTC 7. On parle d’un petit incendie dans son cas. J’ai parlé avec des professeurs qui connaissent bien la structure des bâtiments ; ils disent qu’un petit incendie ne peut pas détruire une structure d’une pareille dimension. L’histoire officielle sur le 11 septembre, les conclusions de la commission, ne sont pas crédibles. Cette absence de clarté met les chercheurs dans une situation très difficile. La confusion règne également sur ce qui s’est réellement passé au Pentagone. Sur les photos que nous avons c’est difficile de voir un avion. On ne voit pas comment un avion serait tombé là-dessus.
Silvia Cattori : Le Parlement du Venezuela a demandé aux Etats-Unis d’apporter davantage d’explications pour éclaircir l’origine de ces attentats. Cela ne devrait-il pas être l’exemple à suivre ?
Daniele Ganser : Il y a beaucoup d’incertitudes sur le 11 septembre. Les parlementaires, les universitaires, les citoyens peuvent demander des comptes sur ce qui s’est réellement passé. Je pense qu’il est important de continuer à s’interroger. C’est un évènement que personne ne peut oublier ; chacun se rappelle où il se trouvait à ce moment précis. C’est incroyable que, cinq années plus tard, on ne soit toujours pas arrivé à y voir clair.
Silvia Cattori : On dirait que tout se passe comme si tous les corps constitués ne veulent pas remettre en question la version officielle. Se seraient-ils laissé manipuler par la désinformation organisée par des stratèges de la tension et des False flag ?
Daniele Ganser : On est manipulable si on a peur ; peur de perdre son travail, peur de perdre le respect des gens que l’on aime. On ne peut pas sortir de cette spirale de violence et de terreur si on se laisse gagner par la peur. C’est normal d’avoir peur, mais il faut parler ouvertement de cette peur et des manipulations qui la génèrent. Nul ne peut échapper à leurs conséquences. Cela est d’autant plus grave que les responsables politiques agissent souvent sous l’effet de cette peur. Il faut trouver la force de dire : « Oui j’ai peur de savoir que ces mensonges font souffrir des gens ; oui j’ai peur de penser qu’il n’y a plus beaucoup de pétrole ; oui j’ai peur de penser que ce terrorisme dont on parle est la conséquence de manipulations, mais je ne vais pas me laisser intimider ».
Silvia Cattori : Jusqu’à quel point des pays comme la Suisse participent-ils, en ce moment, de cette stratégie de la tension ?
Daniele Ganser : Je pense qu’il n’y a pas de stratégie de la tension en Suisse. Ce pays ne connait pas d’attentats terroristes. Mais, ce qui est vrai, en Suisse comme ailleurs, est que les politiques qui craignent les États-Unis, leur position de force, ont tendance à se dire : ce sont de bons amis, nous n’avons pas intérêt à nous battre avec eux.
Silvia Cattori : Cette manière de penser et de couvrir les mensonges qui découlent de la stratégie de la tension, ne rend-elle pas tout un chacun complice des crimes qu’elle entraîne ? À commencer par les journalistes et les partis politiques ?
Daniele Ganser : Je pense, personnellement, que tout le monde - journalistes, universitaires, politiciens - doit réfléchir sur les implications de la stratégie de la tension et des False flag. Nous sommes là, il est vrai, en présence de phénomènes qui échappent à tout entendement. C’est pourquoi, chaque fois qu’il y a des attentats terroristes, il faut s’interroger et chercher à comprendre ce que cela recouvre. Ce n’est que le jour où l’on admettra officiellement que les False flag sont une réalité, que l’on pourra établir une liste des False flag qui ont eu lieu dans l’histoire et se mettre d’accord sur ce qu’il faudrait faire.
La recherche de la paix est le thème qui m’intéresse. Il est important d’ouvrir le débat sur la stratégie de la tension et de prendre acte qu’il s’agit d’un phénomène bien réel. Car, aussi longtemps que l’on n’a pas accepté de reconnaître son existence, on ne peut pas agir. C’est pour cela qu’il est important d’expliquer ce que la stratégie de la tension signifie réellement. Et, une fois que l’on a compris, de ne pas se laisser gagner par la peur et la haine contre un groupe. Il faut se dire que ce n’est pas uniquement un pays qui est impliqué là-dedans ; que ce ne sont pas seulement les États-Unis, l’Italie, Israël ou les Iraniens, mais que cela se produit partout, même si certains pays y participent de manière plus intense que d’autres. Il faut comprendre, sans accuser tel pays ou telle personne. La peur et la haine n’aident pas à avancer mais paralysent le débat. Je vois beauaoup d’accusations contre les États-Unis, contre Israël, contre la Grande Bretagne, ou alternativement, contre l’Iran, la Syrie. Mais la recherche sur la paix nous enseigne qu’il ne faut pas se livrer à des accusations basées sur le nationalisme, et qu’il ne faut ni haine ni peur ; que le plus important est d’expliquer. Et cette compréhension sera bénéfique pour nous tous.

Réseau Voltaire 29 décembre 2006

par Silvia Cattori

Voir les commentaires

Un agent de la CIA attaque de la centrale gazière algérienne /Belmokhtar a été recruté par la CIA en Afghanistan./le groupe de combat islamiste libyen est soutenu par la CIA et MI6 britanniqu

 

Un agent de la CIA prend la responsabilité de l’attaque de la centrale gazière algérienne
Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan.
le groupe de combat islamiste libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”


Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan. Il est une recrue “arabe afghane” d’Afrique du Nord et a combattu avec les moudjadines de la CIA et des services de renseignement pakistanais de l’ISI (Inter Services Intelligence), moudjadines qui se sont ensuite scindés en Al Qaïda et Talibans. Après la guerre civile afghane mortelle qui a clâmée plus de 500 000 vies, Belmokhtar est retourné en Algérie en 1993 et a rejoint le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat.
Ce groupe a été fondé par Hassan Hattab un ancien commandant du Groupe Islamiste Armé (GIA). .
En 2007, le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat changea de nom pour devenir l’organisation Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et s’aligna avec le Groupe de Combat Islamiste Libyen. En Novembre 2007, le second d’Al Qaïda Ayman al-Zawahiri s’adressa dans une vidéo où il annonçait que le groupe libyen avait rejoint Al Qaïda.
“AQMI, depuis 2007, a établi des relations étroites avec le groupe de combat islamiste libyen, dont les chefs ont aussi été recrutés et entraînés par la CIA en Afghanistan,” écrit Michel Chossudovsky. “Ce groupe libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”.
D’après un document du MI6, le renseignement britannique connaissait les desseins du groupe libyen d’assassiner Kadhafi en 1995, impliquant des “vétérans libyens ayant combattu en Afghanistan”. Le rapport gagna en crédibilité dans la mesure où les autorités britanniques permirent alors aux membres du groupe vivant au Royaume-Uni de s’engager dans des activités soutenant l’organisation islamiste malgré le fait que celle-ci soit considérée officiellement comme terroriste.
En plus du soutien des services américains et britanniques, AQMI et d’autres groupes salafistes en Afrique reçurent le soutien de l’Arabie Saoudite et du Qatar. La DGSE française mentionna dans un rapport au ministère de la défense que le Qatar soutenait le terrorisme au nord du Mali
Le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a dit que l’attaque de la centrale gazière d’In Amenas dans la sahara “incluait deux Canadiens et une équipe d’experts en explosifs, qui avaient mémorisés le plan d’occupation des sols du complexe et était prêt à faire sauter l’ensemble”, a rapporté la chaîne canadienne CBC.
L’attaque sensationnelle qui prît place en Algérie est maintenant exploitée par les médias de l’establishment comme un outil de propagande pour renforcer la “guerre mondiale contre la terreur” et pour, une fois de plus, mettre en exergue l’audace d’Al Qaïda et des groupes salafistes associés créés par la CIA, les services pakistanais de l’ISI et du MI6 britannique, le tout financé par l’Arabie Saoudite et le Qatar.
Les chantres du globalisme ont pleinement l’intention d’étendre leurs opérations au plus profond d’une Afrique riche en ressources naturelles. Le haut commandement militaire américain pour l’Afrique, AFRICOM, et les français, avec le soutien de Cameron et de la Grande-Bretagne, sont en train de mettre au pas l’Afrique en utilisant l’énorme épée de Damoclès que représente Al Qaïda et sa panoplie de groupes salafistes associés, tout cela donnant le prétexte nécessaire à toute intervention.

                     Source resistance

Voir les commentaires

الرئيس بخير .. وأبناء المهجر يتمنون له الصحة والعافية/أطال الله في عمر اسد الجزائر/العزيز سيكون بالجزائر قبل ي

 

الرئيس بخير .. وأبناء المهجر   يتمنون له الصحة والعافية

أطال الله في عمر اسد الجزائر

العزيز  سيكون  بالجزائر قبل يوم السبت  ان شاء الله

تقرير /صالح مختاري

ابناء الجزائر الأحرار بفرنسا يتابعون أخبار الرئيس اول باول وحسب بعض الاصديقاء الذين تواصلنا معهم فان  صحة  الرئيس المجاهد عبد العزيز بوتفليقة  قد تحسنت وانه يوجد تحت المراقبة الطبية لاستكمال النقاهة التي أوصى بها الأطباء  ولكم الحوار القصير مع احد المهاجرين  

هل من اخبار جيدة عن أخينا الرئيس؟

الحمد لله في تحسن مستمر

كيف ذلك؟

الان هو عادي لا يشكو من شئ في نقاهة

ماهي أراء إخواننا المهاجرين في قضية الرئيس شفاه الله؟

تحت المراقبة لاستكمال كامل الفحوصات للاطمئنان انه لا يوجد شئ

ان بوتفليقة يتابع صحته جل المهاجرين  يدعون له بالصحة والعافية وله شعبية كبيرة بين المهاجرين

 أطال الله في عمر أسد الجزائر

أفرحتنا ياخي   أنت بالفعل حر من أحرار الجزائر

والله لو سألوني في كل ما املك ولا املك شئ من غير أعضاء جسدي لتبرعت بها كاملة لانقد من انقد بلدنا من دمار وشيك

انت محق مستعدون لتضحية من اجل ان يبقى العزيز واقفا شامخا في وجه الأعداء

وبشان العودة الميمونة لفخامته  ان كل المؤشرات  حتى لا نقول المصادر تأكد بانه سيكون  قبل يوم السبت المقبل بالجزائر بعد  تماثله لشفاء

 

Voir les commentaires

العزيز بوتفليقة ..بعد ساعات سيعود إلى نشاطه الرئاسي

زيز بوتفليقة ..بعد ساعات  سيعود إلى نشاطه  الرئاسي

تقرير /صالح مختاري

حسب ما جاء في جريدة الحياة اللندنية  فان السلطات الجزائرية  بدأت في اتخاذ  ترتيبات  بروتوكيلية لاستقبال الرئيس عبد العزيز  بوتفليقة  الذي كان يقضي فترة نقاهة  بفرنسا منذ نحو شهر  وتقول الحياة ان مصادر رفيعة المستوى بالجزائر   أسرت لها بان وفودا رسمية تم إبلاغها بان الرئيس بوتفليقة  بإمكانه استقبالها في الأيام المقبلة ، ومن بين المسؤولين الأجانب الذين سيزورون الجزائر  وزير خارجية  دولة الإمارات الذي سيحل بالجزائر يوم الأربعاء المقبل  ،كما قامت مصالح الرئاسة حسب  جريدة الحياة بإبلاغ السفراء الذين انتهت مهمتهم  او القادمين الجدد بان الرئيس عبد العزيز بوتفليقة سيستقبلهم في غضون الايام المقبلة .

مصادر مسؤولة كشفت للحياة أن عبد العزيز بوتفليقة قد  يعود في الساعات المقبلة  و لم تكشف هده المصادر ان كانت عودته ستكون لمباشرة مهامه الرئاسية ام لقضاء فترة نقاهة اخرى لا تتعدى بعضة أيام  والتي لا تمنعه بمباشرة مهامه الرئاسية ...

Voir les commentaires

علاقة حكام الإمارات المتحدة بتجارة الدولية للمخدرات/مصانع لتعليب المخدرات في دبي والشارقة ورأس الخيمة/هل دخو

علاقة  حكام الإمارات المتحدة  بتجارة الدولية للمخدرات

مصانع لتعليب المخدرات في دبي والشارقة ورأس الخيمة،

هل دخول حاويات الكوكايين في علب الحليب الى الجزائر له علاقة بمواني دبي الاماراتية

بنك الاعتماد والتجارة   الإماراتي  كان أحد أهم وظائفه غسيل أموال المخدرات

دبي عاصمة عالمية لغسيل أموال المخدرات

  حكام يمتلكون مزارع المخدرات في أفغانستان


هل دخول حاويات الكوكايين في علب الحليب الى الجزائر له علاقة بمواني دبي

تقرير أممي سري  كشف عن وجود شركة طيران الدلفين   سجلها عبد الله بن زايد   مهامتها نقل المخدرات من أفغانستان الى الإمارات ونقل السلاح الى ميلشياتهم في أفغانستان والصومال

 كانت  مالي   تتميز بأفضل ممر للمخدرات من وإلى أوروبا وأمريكيا اللاتينية،  فهي نقطة الوصل لهذا السوق السفلي الرهيب،   .

كان يقال في السابق أن المخدرات تحتاج لكولومبي ليوفرها ويهودي ليغسل أموالها وروسي ليحميها، لكن ما يبدو أن “عيال زايد” غيروا هذه المقولة، بل الشيخ زايد نفسه قد يكون متورطا في هذا السوق بطريقة أو بأخرى فقد كان أحد أعمدة بنك الاعتماد والتجارة والذي كان أحد أهم وظائفه غسيل أموال المخدرات والتي أدت لانهياره فيما بعد.

لكن أولاده توسعوا كثيرا في هذا المجال وجاءوا بفنون لم يسبقهم إليها أعتى عتاة تجار المخدرات وتحكموا بكل ما له علاقة بهذا السوق خاصة وأن لهم حصانة دولية بصفتهم حكام دولة! وبعد أن جندوا كل خبير في إنعاش تجارتهم الحرام، وفاقوا الكولمبيين والروس واليهود وقوم ثمود!، فقد امتلكوا مزارع المخدرات في أفغانستان ومولوا مزارعي مخدرات فيها، واشتركوا في الحرب على طالبان في سبيل ذلك بعد تدميرها لمزارع المخدرات في أفغانستان، ونسجوا علاقات وطيدة مع ملوك المخدرات في أفغانستان منذ فترة طويلة، بداية بقلب الدين حكمتيار وربطه بمكتب المخابرات الأمريكية في دبي ليبقوه بين أنيابهم، وحتى أخوة الرئيس الأفغاني حامد كرازاي والتي ما زالت الخلافات قائمة حتى هذه اللحظة ما بين هؤلاء الأخوة على مئات الملايين من الدولارات التي تم غسلها وإيداعها في بنوك دبي وتطورت الخلافات بعد اغتيال الأخ الأشهر لهم في تجارة المخدرات وهو ملك الأفيون أحمد ولي كرازاي والذي لم يعرف كم غسل من الأموال وكم أودع في بنوك دبي، لكن ما تم التأكد منه هو أنه بعد أن تسبب هؤلاء الإخوة في انهيار أكبر بنك في أفغانستان عام ٢٠١١ وهو بنك كابول، قام معظم الإخوة وبقية تجار المخدرات بتحويل أموالهم لبنوك دبي، صحيفة الجارديان في ١٦- ٦- ٢٠١١ تحدثت عن اختفاء أكثر من بليون دولار من البنك قبل انهياره، وهناك ثمة دليل أن الإماراتيين لم يتعاونوا مع الأخوة في إحصاء ثروة أحمد ولي كرازاي في بنوك دبي، مما أدى الى سجن وتعذيب العديد من مساعديه من قبل إخوته في محاولة للتوصل الى معرفة أرصدته في بنوك دبي، لذا يبدو أن أرصدة عمر سليمان لم تكن الأولى في تعرضها للنهب من قبل ثعالب الصحراء.

في نفس الوقت أمتلك حكام الإمارات وسائط نقل المخدرات من طائرات وسفن، تقرير أممي سري تحدث عن شركة طيران الدلفين التي سجلها عبد الله بن زايد في ليبريا وكانت مهامها نقل المخدرات من أفغانستان الى الإمارات ونقل السلاح الى ميلشياتهم في أفغانستان والصومال، كما أشترك حكام الإمارات في خطوط طيران أخرى لنفس المهمة مع شركاء روس لهم كشركة طيران سانتا كروز أمبريال والتي تعود ملكيتها لعبد الله بن زايد وزعيم المافيا الروسي فيكتور باوت والذي يطلق عليه في الغرب بتاجر الموت، حوكم مؤخرا في أمريكيا في عدة جرائم خطيرة لكن أحدا لم يسأل عن مموليه وشركاه من حكام الإمارات، أما السفن فحدث ولا حرج فلديهم العديد من شركات السفن التي تؤدي لهم خدمات شحن ما يريدون، منها شركة (بي.تي) أي بركات التقوى! والتي اشتهرت بتقديم خدماتها للجيش الأمريكي في العراق.

  فقد أقاموا مصانع لها في دبي والشارقة ورأس الخيمة، مصنع جلفار للأدوية في رأس الخيمة حوله حاكم الإمارة سعود القاسمي الى مصنع للمخدرات!، والذي يشترك فيه زعيم المافيا الروسي فيكتور باوت كما يشترك مع حاكم الإمارة في مصنع آخر لتقطيع الماس ومعهما فيه إسرائيلي يدعى روني قروبر كشريك له وهو نفسه صاحب مبدأ: الماس مقابل السلاح للعصابات في راوندا أثناء المذابح البشعة فيها  

كما أنشئوا ميليشيات لهم من أجل حماية السوق في الإمارات وأفغانستان والصومال وذلك بالتعاون مع شركة “أكاديمي” للحماية، والتي كانت تعرف في السابق بشركة “بلاك ووتر” وإكس إي”، كما استخدموا أفرادا من قوات جيش دولتهم من أجل هذه المهمة.

أما في مجال غسيل أموال المخدرات فلا توجد مدينة على وجه الأرض تضاهي دبي في هذا المجال وفاقت بآلاف المرات نيويورك ولندن، وإن كان لدبي حسنة وحيدة فهي أنها استطاعت أن تخرب بيوت يهود شارع ٤٧ في نيويورك والذين كانوا يعتمدون على غسيل الأموال، فبنوكهم وكل البنوك الكبرى في دبي متورطة في غسيل أموال المخدرات كما أشار إلى ذلك التقرير الأمي والتي ذكر منها: ني آبي ناشيونال، أتش أس بي سي بنك ، آي.بي. أن. آمرو بنك، كرندليز بنك، بانك دي كيري وغيرها.

كما أعد حكام الإمارات كل قوتهم في سبيل حماية الممرات البحرية والتي تمر من خلالها سفنهم، ففي الصومال أنشئوا ميلشيا  وذلك في بورتلاند في الصومال للتحكم بحماية سفنهم المارة عبر مضيق باب المندب خوفا من تعرضها للقرصنة، كما لا يزالون جاهدين في محاولة تغيير نظام الحكم الإسلامي في مصر والذي يسيطر على قناة السويس مما يجعل سفنهم عرضة للتفتيش والتوقيف ومن ثم للفضح، ولم يفعلوا مثل الإيرانيين الذين غيروا مسارات سفنهم (الملغومة) عبر ممر آخر  ..

تبقى مالي والتي كانت جنة مهربي المخدرات  و التى لهم فيها قوة بلغوا حيث  ايبتزوا الرئيس المالي السابق امدو توماني توري واجبروه على أطلاق سراح بعضهم حيث صار أشبه بما يكون برهينة لديهم،  حيث كان  هؤلاء التجار  يقومون بنقل آلاف الأطنان من المخدرات نحو دول الغرب  لهم علاقة بسوق المخدرات الإماراتي بطرق مباشرة وغير مباشرة،  مؤخرا تم التقطن الى وجود حاوية مملؤة بالكوكايين  جاءت عبر إحدى السفن الى الجزائر  وايتقرت في مصنع للحليب  فهل العملية لها علاقة بموانيء دبي الإماراتية التى يتاجر حكامها في المخدرات التى يعلبونها في مصانع   دبي والشارقة ورأس الخيمة..

 للمقال مصادر

Voir les commentaires

منظمات مدفوعة تقاضي الجزائر في فرنسا باسم الفساد/الهدف إزعاج راحة الرئيس بفرنسا /فرنسا تحمي مئات من سرقوا الم

منظمات مدفوعة تقاضي الجزائر في فرنسا باسم الفساد

بعد مسرحية مالطي تأتي حكاية جمعيات تدعي دفاعها عن مصالح الجزائر  

الهدف إزعاج راحة الرئيس بفرنسا  

فرنسا  تحمي  مئات  من سرقوا الملايير من الجزائر

تقرير /صالح مختاري

نتسأل عن قانونية الدعاوي القضائية التى يقبلها القضاء الفرنسي  كلما تعق الأمر بالجزائر  ،منذ نحو أسبوع رفعت جمعيتان الأولى تسمى حركة المواطنين الجزائريين بفرنسا والثانية المجلس الوطني للهجرة دعوى  قضائية أمام القضاء الفرنسي  ضد الوزير السابق الجزائري  شكيب خليل  و  بعض المسئولين بتهم تبيض الأموال  وكأنهم كانوا يتاجرون في المخدرات  دعوى  الهدف منها   إزعاج الرئيس الذي يوجد فى راحة نقاهة بفرنسا ، دعوى  تم تسجيلها لأهداف إعلامية مشبوهة  في الوقت الذي أنكر الوزير السابق تهم الموجهة اليه اعلاميا في قضية سونطراك 1 و2  ووصفها بتصفية حسابات.. نعم هناك حسابات فرنسية مع هذا الوزير الذي أقلقهم عندما كان يدير الاوبك وسونطراك.     نتسأل اين كانت مثل هذه الجمعيات عندما تعرضت وتتعرض الجزائر الى هجمات إعلامية مزيفة  كانت قواعد انطلاقتها من فرنسا بذات التى تحمي المئات من سراق المال العام الذين هربوا الملايير من الجزائر لتستقر في بنوك الفرنسية  هؤلاء رغم صدور اومر بالقبض عليهم وطلب السلطات تسليمهم لها الا ان لا القضاء الفرنسي استجاب ولا البوليس الدولي استطاع ان  يطبق القانون المسمى الدولي  ، و الامر لا يخص الجزائريين المطلوبين بل هناك المئات منهم كبرونات المخدرات ومسئولين من عدة دول  وخاصة من افريقيا  ضخوا أموالهم المسروقة  في البنوك الفرنسية  ليستفيدوا من حماية القضاء الفرنسي الذي يقبل اليوم شكاوي الجمعيات ويرفض طلبات دولة مستقلة مثل الجزائر .حتى وكيليكس دخل الخط في قضية شكيب خليل بتقارير محرر بتواريخ مسبقة فعندما يحدث امرما اليوم يتم نشره في هذا الموقع بناءا  على  تقارير السفراء الامركيين على انههم كانوا على علم به قبل سنوات من حدوثه .حيث قال اصحاب الهليكس " أن وزير الطاقة الأسبق، شكيب خليل، لم يبلغ لا رئيس الجمهورية ولا رئيس الحكومة، عن ملف قدرات تصدير الغاز" وهو امر غير صحيح لان حتى ولو قام بذلك فان المخابرات الجزائرية لا يمكن استخفا لها في مثل هذه الأمور .

بعد مسرحية مالطي  التى صور فيها سونطراك وكأنها" قوربيّ في الصحراء هاهي جمعيات  ومجالس تدعي انها جزائرية ترفع دعاوي قضائية  بإيعاز من أطراف فرنسية وأخرى جزائرية الهدف منها الاول هو إزعاج راحة الرئيس  وإحداث هالة إعلامية  على شاكلة قضية الخليفة  ،  جاء في معنى قول  المستاش الهواري  بانه عندما يصدر قرار يسرب فكرته و ينتظر ردة فعل الفرنسيين فإذا رحبوا به  يلغيه واذا  حدث  العكس اعتبره قرار سليم  ومن هذا المنطلق  فان دخول  القضاء الفرنسي  في شؤون سونطراك  وقبول دعوى قضائية ضد الوزير السابق شكيب خليل يدل على ان  هذا الاخير بريء  وان التهم الملفق له إعلاميا جاءت من وراء البحر ،فالعدالة الجزائرية هي السيدة في مثل هذه الحالات ولها من الكفاءات ما يؤهلها لمعرفة الحقيقة الغامضة في قضايا الفساد ومن يقف وراءه وهل الشركات الفرنسية التى دخلت الجزائر لاستثمار هي بعيدة عن تبيض الأموال وتهريبها بطرق الدبلوماسية وغيرها الايام ستكشف عن ذلك .. كمثال الصفقة المشبوهة التى تمت بين اراسكوم المصرية وشركة فرنسية التى اشترت مصنعي الاسمنت خلقا للقوانيين الجزائرية  وأخرى أخذت الملايير بتواطؤ المطلوبين بفرنسا من الجزائريين ولم تندجز ولا مسكن واحد , والقائمة طويلة ...لإشارة فرنسا كانت وراء إلغاء مشاريع سونطراك في مالي خلال عام 2012  لصالح شركتها طوطال .

Voir les commentaires

Comment l’amerique fabrique des terroristes suicidaires / Les citoyens américains cobayes dans le pays des droits de l’homme/Le projet MK-ULTRA, contrôle mental de la CIA

Le projet MK-ULTRA, les expériences de contrôle mental de la CIA 

Comment  l’amerique fabrique des terroristes suicidaires

Les citoyens américains cobaye dans le pays des droits de l’homme

 

En 1974, le journal The New York Times publie des informations sur les activités illégales de la CIA sur le territoire des USA. L’agence s’est livrée à des expériences de manipulation et de contrôle mental réalisées sur les citoyens américains, sans que ceux-ci en soient avertis. La CIA voulait percer les mystères du cerveau humain et trouver une faille dans le libre-arbitre de chacun. Mythe ou réalité ? les scientifiques étaient persuadés que le fameux sérum de vérité existait, et qu’il était possible de contrôler un humain comme on dresse un chien.

Deux commissions d’enquête sont alors constituées au Congrès : une commission du Congrès, le Church Comitee et une commission présidentielle, la commission Rockefeller. Malheureusement, la plupart des documents sur ces expériences avaient été détruits par la CIA en 1971.

Les enquêtes des deux commissions ont tout de même été révélatrices. Le rapport public émis dans l’été 1975 a confirmé le fait que la CIA et le Département de la Défense ont effectué des expériences de contrôle mental sur un très grand nombre de personnes, aussi bien avec leur accord, que sans leur accord. Ces expériences faisaient partie des vastes programmes de recherche et d’expérience concernant l’influence et le contrôle du comportement humain à travers différentes méthodes, qui incluent, entre autres, l’utilisation des substances psycho-actives (LSD et mescaline). Des révélations ultérieures d’anciens agents CIA ont confirmé les craintes que ces expériences n’avaient pas été stoppées.

Ces commissions ont initié le contrôle de l’exécutif sur les activités de la CIA, qui était alors inexistant. Depuis cette époque, l’exécutif américain a établi un certain nombre de lois restreignant notamment les possibilités de mener des opérations clandestines, notamment par des Executive Orders émis par les présidents Gerald Ford, Jimmy Carter et Ronald Reagan. La CIA n’a actuellement pas le droit de mener des actions sur le territoire des États-Unis, de mener des opérations clandestines sans en informer préalablement les commissions parlementaires, et, sauf ordre spécial du président des États-Unis, de mener ou contribuer à un assassinat.

Le projet MKULTRA est un exemple parmi d’autres des dérives de l’agence, sujette à tous les fantasmes. La CIA a été fondée aux USA après la Deuxième Guerre Mondiale, en 1947. La pression de la Guerre Froide entre l’URSS et les USA a déclenché une suspicion presque paranoïaque entre les deux superpuissances. La CIA doit par ses actions en Europe constituée un rempart contre le communisme. Le statut constitutionnel de l’Agence impliquait qu’elle ne doit pas effectuer d’opération sur le territoire des USA, qu’elle n’a aucune légitimité au niveau national et qu’elle ne sera pas impliquée dans la sécurité intérieure. La Guerre Froide a servi de prétexte pour de nombreuses actions anti-démocratiques de la CIA comme l’opération « Paperclip », le nom de code sous lequel les USA ont organisé le transfert des scientifiques nazis sur leur territoire, sous de fausses identités, et leur insertion dans ses programmes de recherche militaire.

L’opération MKULTRA, à côté des autres projets antérieurs qui visaient la manipulation et le contrôle mental, a été justifiée par les possibles expériences similaires se déroulant dans le bloc communiste. Les premières expériences de la CIA dans ce domaine ont été le Projet Chatter, le Projet Bluebird et le Projet Artichoke.

Le programme expérimental de la CIA sur le contrôle mental « Artichoke » a démarré en 1951. Il visait le développement d’une méthode d’interrogatoire par la manipulation du mental humain en employant des techniques de désorientation, de privation de sommeil, de chirurgie psychique, d’électrochocs, d’hypnose, de privation sensorielle.

Le programme s’est focalisé sur l’utilisation des drogues, les amphétamines et le LSD. Les expériences ont été effectuées dans des laboratoires, des maisons privées, mais aussi dans des prisons et des hôpitaux psychiatriques.

L’opération “Artichoke” a aussi eu pour but de créer des agents tueurs aux travers des méthodes d’induction de l’amnésie sur les anciens agents du Service Action qui avaient vu trop de choses et qui n’offraient plus de garantie : les « candidats Manchouriens », qui ont fait l’objet d’un film du même nom.

En avril 1953, le directeur de CIA, Alen Dulles, autorise le démarrage du programme MKULTRA sous la direction du docteur Sidney Gottlieb, en mettant à sa disposition 6 % du budget de la CIA.

Ce programme est destiné à prolonger les expériences de contrôle mental de l’Opération Artichoke en visant le contrôle au niveau d’une armée se trouvant sur le champ de bataille ou même au contrôle d’une population civile. Gottlieb s’inspire alors des expériences des nazis et se base sur la documentation des expériences de manipulation des camps de concentration de Dachau.

Les expériences avec des drogues, des radiations, des micro-ondes et des ultrasons du programme MKULTRA ont été réalisées sur des prisonniers de guerre, sur des soldats, mais aussi sur des patients des hôpitaux psychiatriques ou sur la population..

Les documents qui n’ont pas été détruits par CIA révèlent l’ampleur du programme MKULTRA : 150 projets se déroulaient dans son cadre, plus de 30 Universités et d’Institutions impliquées parmi lesquels : Expériences d’hypnose réalisées à l’université de Denver, Étude au Boston Psychiatric hospital des dépressifs, des schizophrènes et des alcooliques, Expériences avec du LSD sur les étudiants, Induction de l’infirmité, Fabrication de drogues, Récolte de plantes psychodynamisantes, Combinaison de drogues, de l’hypnose et de la privation sensorielle, Combinaison de l’isolement et des électrochocs, Expériences sur les réfugiés hongrois, Substances allergéniques, Suggestions subliminales etc…. Ces documents attestent de la réalisation des expériences à l’aide de drogues et de l’hypnose sur les étudiants dans de dizaines d’universités des USA, sans l’information ou d’accord des étudiants.

Un document MKULTRA de 1955 énumère les études effectuées sur les substances qui lèsent le comportement, le psychisme et le mental, les classifiant ainsi :

- des substances qui génèrent un comportement impulsif et l’impossibilité de raisonner jusqu’au point où le sujet se discrédite en public

- des substances qui augmentent l’efficacité mentale et améliorent les perceptions

- des matériels qui préviennent ou éliminent l’ivresse provoquée par l’alcool

- des substances qui intensifient l’effet de l’alcool et l’état d’ivresse

- des substances qui provoquent (de façon irréversible) les symptômes de certaines affections psychomentales connues

- des matériels qui facilitent l’induction de l’état d’hypnose et la rendent plus efficace

- des substances qui renforcent la résistance aux privations, à la torture et aux pressions durant les interrogatoires ou un lavage de cerveau

- des matériels qui provoquent l’amnésie (ou la perte partielle ou complète de la mémoire)

- des méthodes physiques qui provoquent des états de choc et de confusion et qui peuvent être utilisées en secret

- des substances qui produisent des handicaps physiques, comme la paralysie des jambes, l’anémie

- des substances qui provoquent des états euphoriques, sans avoir d’effet secondaire

- des substances qui altèrent la personnalité et stimulent la dépendance vis à vis d’une autre personne

- des substances qui génèrent des états de confusion mentale, en altérant la capacité de raisonner

- des substances qui diminuent la volonté et l’efficacité au travail, lors de l’administration des quantités infimes, impossible à détecter

- des substances qui génèrent de la faiblesse et modifient les perceptions visuelles et auditives, de préférence sans effet permanent

- des substances qui peuvent être administrées en secret, en quantités infimes, pour rendre impossible toute activité physique.

Une expérience éprouvante s’est déroulée à l’Hôpital Communautaire de Lexington, Kentucky, sous la direction du docteur Harris Isabel. Ce docteur a été embauché par la CIA pour créer une série de drogues synthétiques. Dans ce but, il a réalisé des expériences sur ses patients, spécialement ceux de couleur. Le côté tragique est que l’hôpital était une unité de récupération des dépendants de la drogue et de l’alcool. Au lieu de guérir ceux qui y étaient internés de leur propre volonté, le personnel médical leur administrait de grandes quantités de drogues. Parfois cela était fait sans l’information ou l’accord des patients, d’autres fois leur dépendance était exploitée. Le LSD, la morphine, la mescaline, la marijuana et la scopolamine sont quelques-unes des substances expérimentées.

Une des techniques impliquait l’administration, pratiquement continue de LSD, en grandes quantités, pendant de longues périodes de temps (plus de deux mois). Une autre technique poursuivait la combinaison des effets de barbituriques (injectées dans un bras) avec les amphétamines (injectées dans l’autre bras, après que le patient se soit endormi). Le but était d’interroger le patient durant le sommeil. D’autres expériences combinaient les drogues très fortes (l’héroïne, par exemple) à l’alcool.

Des expériences MKULTRA ont aussi été réalisées au Canada, grâce au Dr Donald Cameron, recruté par la CIA lorsqu’il travaillait à « Allan Memorial Institute » de l’Université Mc Gill de Montréal. Il était payé par la CIA pour réaliser des expériences du programme MKULTRA sur ses patients. À part le LSD, Cameron expérimentait différentes substances avec des effets paralysant et la thérapie par des électrochocs 30-40 fois plus intenses que dans la thérapie conventionnelle. Il provoquait chez les patients un état de coma prolongé par des drogues (le cas d’un patient maintenu trois mois en coma est célèbre) et pendant ce temps-là, il leur passait des bandes avec des suggestions ou des bruits. En choisissant des patients qui avaient internés pour des troubles mineurs, comme l’anxiété ou la dépression postnatale, il a obtenu sur eux des effets irréversibles, les détruisant dans le sens le plus concret du terme. Comme effet des techniques appliquées, les patients oubliaient de parler, ils ne reconnaissaient plus leurs parents, ils devenaient convaincus que les enquêteurs étaient leurs parents. L’inconscience et l’amnésie sont les effets les plus insignifiants des procédés expérimentés par Cameron.

Ce personnage odieux était considéré comme une sommité dans le monde scientifique. Il était le président de l’Association Mondiale de Psychiatrie, le président de l’Association Psychiatrique des USA et simultanément de celle du Canada. Il a fait partie du tribunal médical de Nürnberg. Les expériences canadiennes de MKULTRA ont été révélées bien plus tard, en 1984. La révélation la plus choquante est que non seulement les autorités canadiennes avaient connaissance de ces expériences, mais qu’elles ont approuvé leur déroulement.

Le problème de recrutement des sujets était réalisé par chantage. La CIA avait le contrôle sur un nombre relativement grand de bordels, où tout ce qui se passait était filmé en secret. Certains bordels étaient aménagés comme des véritables maisons sécurisées d’analyse et d’étude. Soit les visiteurs étaient drogués en secret et filmés pour analyser leur comportement, soit ils étaient soumis au chantage avec certains films pour qu’ils acceptent de se soumettre aux tests.  

Quatre sous-projets (102,103,112 et 117) étaient basés sur des enfants, notamment avec la complicité du Centre International de vacances d’été pour enfants (International Children Summer Camp). La CIA n’a jamais reconnu ces expériences, malgré le témoignage et les documents de certains psychiatres et psychothérapeutes déclarant avoir soigné des enfants victimes de ces expérimentations.

Le LSD fut finalement rejeté par les chercheurs en raison de ses effets imprévisibles. Des sources de la CIA ont déclaré que les efforts de recherche ont ensuite été focalisés sur la “psychoélectronique” – la manipulation à l’aide d’électrochocs.

Le docteur Jose Delgado, neurophysiologue à l’Université de Yale, a bénéficié de finances pour ses expériences de stimulation électrique du cerveau. Par l’implant d’électrodes dans le cerveau, Delgado a découvert qu’il pouvait avoir un grand pouvoir sur ses sujets. Il a créé des dispositifs électroniques qui opéraient à base d’ondes radio de fréquence moyenne. Le récepteur implanté dans le cerveau permettait la modification de l’état psychique dans une plage très large (mais seulement négative). Les états provoqués incluaient la furie, le désir incontrôlé et la fatigue. Delgado est arrivé à la conclusion qu’aussi bien les mouvements, que les émotions et le comportement peuvent être commandés par des impulsions électriques.

Les expériences réalisées par le Dr. Ross Adey de l’Université de Californie ont démontré la possibilité d’influencer un individu par des ondes cérébrales, à travers des ondes radio spécifiques. Un autre scientifique, Allen Frey, a réalisé des expériences d’induction du sommeil à distance, à travers les ondes électromagnétiques. Il a aussi réussi à provoquer des bruits et d’autres perturbations sensorielles à travers les ondes radio (le sujet percevait des bruits qui n’existaient pas en réalité). Ces expériences ont été poursuivies par Joseph Sharp, qui a réussi à transmettre des mots à travers les ondes radio. Toutes ces expériences scientifiques auraient pu être utilisées dans des buts bénéfiques, mais malheureusement elles ont été cachées et ensuite monopolisées par les agences d’espionnage.

En 1974, J.F. Scapitz a expérimenté la combinaison de ces expériences et des technologies qui utilisent les ondes électromagnétiques et les expériences initiales d’hypnose du projet MKULTRA. Ainsi, par la transmission de suggestions ou de commandes prononcées par un hypnotiseur expérimenté, on agissait à même au niveau subconscient sur les sujets, sans que ceux-ci réalisent que quelque chose leur arrivait.

En 1972, Richard Helms, directeur de la CIA ordonne la destruction des archives du projet. Il est donc difficile d’avoir une compréhension complète de MKULTRA étant donné que plus de 150 sous-projets différents ont été financés dans le cadre de ce programme. Le projet fût définitivement stoppé en 1988.

L’article du New-York Times et les commissions d’enquête ont permis aux victimes de se faire connaître. Frank Olson, un biochimiste de l’armée et un chercheur dans le domaine des armes biologiques, avait reçu du LSD sans son consentement et s’est suicidé une semaine plus tard au cours d’une crise psychotique. Le docteur de la CIA qui était censé surveiller Olson s’était apparemment endormi lorsqu’Olson s’est jeté par la fenêtre. Les circonstances exactes de sa mort demeurent controversées. En 1975, Dick Cheney et Donald Rumsfeld ont organisé une rencontre entre la famille d’Olson et le président Gerald Ford qui a présenté des excuses officielles à la famille ainsi qu’une compensation financière.

Le fils de Frank Olson conteste cette version et prétend que son père a été assassiné en raison de ses connaissances sur les techniques d’interrogations (parfois mortelles) utilisées par la CIA sur des prisonniers du bloc de l’Est en Europe. En 1994, le corps d’Olson a été exhumé et les traces sur sa boîte crânienne suggèrent qu’il a reçu un coup avant la chute qui l’aurait tué.

L’enquête interne de la CIA a conclu que le Dr. Gottlieb avait conduit ces expériences avec l’assentiment de Frank Olson, bien que ni Olson ni les autres personnes qui aient pris part à ces expériences n’aient été informées de la nature exacte des substances avant leur ingestion. Cette enquête suggère que le Dr. Gottlieb aurait du être réprimandé car il n’avait pas pris en compte les tendances suicidaires de Frank Olson, bien que ces tendances aient été déjà diagnostiquées. Des rapports successifs montrent qu’une autre personne, Harold Blauer, un joueur de tennis professionnel est mort en raison d’expériences réalisées avec de la mescaline.

Plusieurs livres de victimes ayant survécus à ces expériences et ayant retrouvés leurs mémoires tels que “Thanks for the Memories” de Brice Taylor ou “Transe-Formation of America” de Cathy O’Brien tendent à prouver le contraire. Le 8 février 1988, une victime entama un procès contre le gouvernement. La poursuite judiciaire et les preuves accablantes pour le gouvernement américain, firent arrêter le procès pour raisons de “Sécurité Nationale”.

Récemment, Franck Rochelle et cinq autres vétérans, membres d’une association d’anciens combattants du Vietnam, ont porté plainte contre l’armée et la CIA devant un tribunal fédéral à Oakland (Californie). Frank Rochelle n’était qu’une jeune recrue de 20 ans en 1968 lorsque il s’est porté volontaire pour participer à un programme d’essais “d’équipements militaires”, avant de découvrir qu’il s’agissait en fait de tests pharmaceutiques. Il a signé après avoir reçu l’assurance que “cela n’était pas nocif”.

Il déclare : “Ils ont instillé dans nos veines des produits dont les laboratoires pharmaceutiques ne voulaient pas. Ils se sont servis de nos corps. Nous étions comme des cochons d’Inde”, explique M. Rochelle depuis son domicile de Caroline du Nord (sud-est).

Dans sa plainte, l’association dénonce “une histoire effrayante d’expériences sur l’homme, d’activités militaires secrètes et d’abus de pouvoir sans limite de la part de notre propre administration”. Les soldats concernés ont été utilisés “comme des rats de laboratoire”, accusent des avocats de San Francisco dans ce document.

Ces expériences ont été effectuées entre 1950 et 1975 le plus souvent à l’arsenal d’Edgewood, dans le Maryland, afin d’évaluer leur effet sur les troupes en cas d’utilisation éventuelle par une armée ennemie. L’administration a reconnu les avoir menées lors d’auditions au Congrès dans les années 1970. En 2003, le ministère des Anciens combattants a recommandé qu’une aide médicale soit apportée aux personnes concernées, précisant que 6.720 soldats avaient été soumis à 254 types de substances, dont du LSD, du gaz moutarde ou lacrymogène.

A la CIA, la porte-parole Marie Harf assure que l’agence de renseignement ne conduit plus ce genre d’expériences et a dit tout ce qu’elle avait à dire sur le sujet lors des auditions au Sénat.

Aujourd’hui retraité, M. Rochelle souffre de cauchemars, de troubles du sommeil, de problèmes respiratoires, d’anxiété et de pertes de mémoire. Sa démarche devant la justice vise à obtenir une aide médicale et psychologique pour toutes les victimes.

Certains chercheurs qui ont analysé les documents existants sur le programme MKULTRA les associent à certains assassinats célèbres. Ainsi, beaucoup supposent que tant l’assassin de Robert F. Kennedy, que l’assassin du premier israélien Itzchak Rabin ont été des sujets des expériences de programmation mentale. L’assassinat de RFK fera d’ailleurs l’objet d’un article, bientôt.

La même hypothèse a été lancée quant à l’assassinat du membre du Congrès Leo Ryan pendant que celui-ci dirigeait une enquête à Jonestown. Encore plus, le terrible génocide de Jonestown, lorsque 900 personnes du groupement dirigé par Jim Jones sont mortes dans un supposé suicide collectif, semble avoir été déclenché par des méthodes de contrôle mental développées par la CIA. En France, moins connues sont les expériences du Professeur Heuyer, qui a expérimenté la narco-analyse, c’est à dire l’injection de penthotal sur un suspect pour vérifier ses dires. Il serait sans doute temps que des journalistes fassent le même travail qu’aux USA.

D’autant que de récentes révélations d’un journaliste américain laissent penser que des expériences se sont déroulées en plein territoire français. Le mystère de l’affaire de Pont Saint Esprit, et ces habitants souffrant de délires et d’hallucinations effrayantes, vient en effet de trouver sa conclusion. En 1951, 500 habitants de cette commune sont pris de troubles hallucinatoires particulièrement puissants au vu des témoignages. Les gens sont assaillis de visions cauchemardesques, feu, serpents, diable..5 personnes moururent dont 2 par suicide.

En septembre 1951, des scientifiques avec le très estimé British Medical Journal impliquèrent rapidement ce qu’ils surnommèrent une « épidémie d’empoisonnement. » Après avoir pensé initialement que la cause était du pain infecté, ils conclurent que la moisissure ne pouvait ni expliquer l’événement ni les maux qui frappèrent des centaines de personnes de la petite ville.

Des scientifiques dépêchés sur les lieux depuis la compagnie de produits chimiques Sandoz à proximité de Bâle en Suisse, ont également indiqué que la moisissure était la cause, mais de nombreux autres experts n’étaient pas d’accords avec eux.

Le livre, A Terrible Mistake : The Murder of Frank Olson and the CIA’s Secret Cold War Experiments (Une terrible erreur : L’assassinat de Frank Olson et les expériences de guerre froide secrète de la CIA), du journaliste d’investigation Albarelli Jr. expose que l’épidémie de Pont-Saint-Esprit en 1951 était le résultat d’une expérimentation d’aérosol de LSD secrète, dirigée par la top secrète Division des opérations spéciales de l’US Army à Fort Detrick dans le Maryland.

Albarelli note que les scientifiques qui ont émis les fausses explications de couverture du pain contaminé et/ou de l’empoisonnement au mercure pour détourner de la véritable origine des événements, travaillaient pour la compagnie pharmaceutique Sandoz, qui à l’époque fournissait du LSD secrètement à la fois à l’US army et à la CIA pour la recherche.

Albarelli a découvert des documents secrets du FBI qui révélaient que, un an avant l’expérience de Pont Saint-Esprit, la Division des opérations spéciales de Fort Detrick avait pris pour cible le réseau du métro de New York pour une expérience similaire. Une note de service d’août 1950 du bureau déclare, « Les expériences de guerre biologique qui devaient être menées par des représentants du ministère de l’Armée dans le réseau du métro de New York en septembre 1950, ont été reportées sans fixer de date. » La note de service se poursuit en citant les préoccupations du FBI au sujet de « l’empoisonnement des plantes alimentaires » et « l’empoisonnement des réserves d’eau » des grandes villes des États-Unis.

Albarelli a décrit comment lui sont apparus les détails choquants des programmes secrets de la CIA avec les drogues : « Mon premier tuyau fut un document de 1954 de la CIA qui détaillait une rencontre entre un responsable de la compagnie chimique Sandoz (les producteurs de LSD) et un agent de la CIA, dans laquelle « le secret de Pont Saint-Esprit » était référencé. Le responsable de Sandoz poursuivait en disant : « Ce n’était pas du tout l’ergot. »

Albarelli dit avoir obtenu ensuite par l’intermédiaire de la Loi sur la liberté de l’information un rapport de 1955 partiellement expurgé de la CIA, intitulé A CIA Study of LSD-25 (Une étude du LSD-25 par la CIA). Ce rapport contient des informations détaillées sur la fabrication, la fourniture et l’usage du LSD et des produits du type LSD dans le monde. Cependant, la section sur la France et Pont St Esprit avait été presque entièrement censurée. Albarelli a demandé une copie intégrale, mais les responsables de la CIA ont refusé de lui en fournir une.

Il dit : « Puis je suis tombé sur une lettre écrite par l’agent du Bureau fédéral des narcotiques qui travaillait secrètement pour la CIA ; c’était George Hunter White qui dirigeait le poste de la CIA à New York de 1951 à 1954. La lettre de White référençait l’expérience de Pont St Esprit. À ce stade, après cinq ans d’enquête, j’ai commencé à interviewer d’anciens biochimistes de l’armée. Ils sont devenus très évasifs et ont refusé de parler de leur travail en France. Finalement, deux anciens employés du renseignement ont confirmé que l’expérience avait eu lieu sous les auspices de la Division des opérations spéciales de l’armée et avec un financement de la CIA. »

Selon un officiel de la DGSE, « Si les détails des révélations de ce livre s’avèrent être vrais, ce sera très bouleversant pour les habitants de Pont-Saint-Esprit, ainsi que pour tous les citoyens français. Que des agences du gouvernement des États-Unis puissent délibérément prendre pour cible des ressortissants étrangers pour ce genre d’expérience constitue une violation d’un certain nombre de lois et traités internationaux. »

Source site  les  signe   des  temps

4 avril 2010

Voir les commentaires

1 2 3 > >>