Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un agent de la CIA attaque de la centrale gazière algérienne /Belmokhtar a été recruté par la CIA en Afghanistan./le groupe de combat islamiste libyen est soutenu par la CIA et MI6 britanniqu

 

Un agent de la CIA prend la responsabilité de l’attaque de la centrale gazière algérienne
Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan.
le groupe de combat islamiste libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”


Belmokhtar a été recruté et entraîné par la CIA en Afghanistan. Il est une recrue “arabe afghane” d’Afrique du Nord et a combattu avec les moudjadines de la CIA et des services de renseignement pakistanais de l’ISI (Inter Services Intelligence), moudjadines qui se sont ensuite scindés en Al Qaïda et Talibans. Après la guerre civile afghane mortelle qui a clâmée plus de 500 000 vies, Belmokhtar est retourné en Algérie en 1993 et a rejoint le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat.
Ce groupe a été fondé par Hassan Hattab un ancien commandant du Groupe Islamiste Armé (GIA). .
En 2007, le Groupe Salafiste de Prédication et de Combat changea de nom pour devenir l’organisation Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et s’aligna avec le Groupe de Combat Islamiste Libyen. En Novembre 2007, le second d’Al Qaïda Ayman al-Zawahiri s’adressa dans une vidéo où il annonçait que le groupe libyen avait rejoint Al Qaïda.
“AQMI, depuis 2007, a établi des relations étroites avec le groupe de combat islamiste libyen, dont les chefs ont aussi été recrutés et entraînés par la CIA en Afghanistan,” écrit Michel Chossudovsky. “Ce groupe libyen est secrètement soutenu par la CIA et les services britanniques du MI6”.
D’après un document du MI6, le renseignement britannique connaissait les desseins du groupe libyen d’assassiner Kadhafi en 1995, impliquant des “vétérans libyens ayant combattu en Afghanistan”. Le rapport gagna en crédibilité dans la mesure où les autorités britanniques permirent alors aux membres du groupe vivant au Royaume-Uni de s’engager dans des activités soutenant l’organisation islamiste malgré le fait que celle-ci soit considérée officiellement comme terroriste.
En plus du soutien des services américains et britanniques, AQMI et d’autres groupes salafistes en Afrique reçurent le soutien de l’Arabie Saoudite et du Qatar. La DGSE française mentionna dans un rapport au ministère de la défense que le Qatar soutenait le terrorisme au nord du Mali
Le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a dit que l’attaque de la centrale gazière d’In Amenas dans la sahara “incluait deux Canadiens et une équipe d’experts en explosifs, qui avaient mémorisés le plan d’occupation des sols du complexe et était prêt à faire sauter l’ensemble”, a rapporté la chaîne canadienne CBC.
L’attaque sensationnelle qui prît place en Algérie est maintenant exploitée par les médias de l’establishment comme un outil de propagande pour renforcer la “guerre mondiale contre la terreur” et pour, une fois de plus, mettre en exergue l’audace d’Al Qaïda et des groupes salafistes associés créés par la CIA, les services pakistanais de l’ISI et du MI6 britannique, le tout financé par l’Arabie Saoudite et le Qatar.
Les chantres du globalisme ont pleinement l’intention d’étendre leurs opérations au plus profond d’une Afrique riche en ressources naturelles. Le haut commandement militaire américain pour l’Afrique, AFRICOM, et les français, avec le soutien de Cameron et de la Grande-Bretagne, sont en train de mettre au pas l’Afrique en utilisant l’énorme épée de Damoclès que représente Al Qaïda et sa panoplie de groupes salafistes associés, tout cela donnant le prétexte nécessaire à toute intervention.

                     Source resistance