Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la France derrière le conflit malien/Création d’un état berbère au grand sahel / La Dgse a organisé le trafic des missiles libyens vers le mali

 

la France derrière le conflit malien

L’objectif, l’exécution d’un plans secret

 Création d’un  état berbère au grand sahel  

 La Dgse   a  organisé le trafic des missiles libyens vers le mali

 

  

 

Après une semaine de bombardement français des sites fières des terroristes au mali qui contiennent environ 2000 terroristes  ,les responsables militaires de francois holland déclare que leurs missions devient difficiles en face des groupes bien armé et préparé , prétexte qui explique que la présence des forces étrangères va rester très longtemps dans ce pays , pour réaliser des objectifs non déclarés ,autre chose qui attire l’intention ,comment la France s'engage  d'entrer en guerre  contre  ses groupes qui détiennent en otage   ses citoyens   avec les quartes algériens §, en même temps pourquoi la France a laisser les armes libyennes tombent sur les mains de ses groupes terroristes ,au moment elle était capable de stopper cette fuite programmée §,dans ce cas il existe une équation chez les occidents qui dit "laissez l'enmi devient dangereux aux eux de la communauté international pour quand puissent réaliser nos objectifs " ;comme le cas de l'irak ,yaman ,Afghanistan et d'autre pays et aujourd’hui le mali ,

On comparent maintenant pourquoi la France a déstabiliser la libye , avec l’aide des groupes terroristes qui  ont été chargé par suite  a faire rentrer des tonnes d’arment au mali tombee sur les mains  du  mouvement Azaouad et les groupes terroristes nouvellement crée par les services secret arabes et occidentaux , .

 Dans cette guerre qui cache des vérités , on découvre que la France demande l’aide financières de certain pays du golf comme les e a.u et quatar, en plus les aides européennes et américaine ,les pays africains (ikous)  ont entrés  dans cette guerre pour aider la France a traquer environ 2000 terroristes ,qui ont rester longtemps libres ,  en bénéficiant des rasants  

De l’enlèvement des otages étrangers   qu’ils étaient en mission de ce faire rattraper pour  

Donner les prétexte d’une intervention militaires au mali et l’installations des bases militaires françaises , car mali c’est  le pétrole et  autre matières premières qui intéressent les français et leurs  allies et non la sécurité de ses citoyens .

La presence francaise au mali entre dans le cadre de realiser un plan secret établit en 1981 par le juif Bernard louis qui reçu  la bénédiction  des américains, ce plan parle de division du monde islamiste avec une démocratie nouvelle .connait par suite sur le nom du printemps arabes  ,permet les pays concernées par la division  en trouve le nom de l’Algérie , libye et le maroc ,dans  but de créer un état berbère au sahel qui comprend une grande partie du sahara algérien en frontière avec le mali et la libye et Niger  .

La France donc a donné le feu vert au groupes terroriste d’attaquer l’armée malienne pour lui donnée le prétexte de l’inversion  programmée depuis longtemps   

Depuis les années 1990 la France  est impliquée de manière directe dans la question malienne,  

Cette crise n’est qu’une étape pour atteindre in fine l’Algérie, dont le sud est cerné par l’armée française qui opère en Libye, en Côte d’Ivoire, au Niger, en Mauritanie, au Tchad et au Mali. Sarkozy, faisant abstraction des accords de paix signés à Tamanrasset le 6 janvier 1991 sous l’égide de l’Algérie entre le gouvernement malien et le MNLA, a affirmé, une semaine après la déclaration de l’indépendance de l’Azawade, vouloir « travailler avec les Touaregs pour voir comment ils peuvent avoir un minimum d’autonomie »   Il ignore l’autonomie accordée aux populations des trois régions du nord du Mali « qui géreront leurs affaires régionales et locales par le bais de leurs représentants dans des assemblées élues, selon un statut particulier consacré par la loi »  , La France torpille ainsi cet accord qui ne fait qu’éloigner totalement le projet de création de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes  « cette chose étrange qui s’appelait OCRS, une machinerie juridique à travers laquelle la France avait espéré maintenir une souveraineté sur le Sahara ».  
L’entremise française dans l’armement des terroristes du Sahel a été soulevée par le Le temps d’Algérie, du 11 septembre 2011. « Les services de renseignements français qui organisent le trafic des missiles libyens ; un lot de 20.000 Sam 7 russes ou stringer américains sont passés aux mains d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) »    
Les prédateurs occidentaux, notamment la France, trouvent dans la crise malienne une occasion pour mettre l’Algérie dans sa ligne de mire.
Dans cette région l’Algérie est incontestablement le pays le plus puissant et le plus important en termes économique, militaire et/ou géographique. L’Algérie, depuis la colonisation, avait toujours revendiqué son indépendance et sa souveraineté. La révolution algérienne   a fait avorter le projet de création d’un Etat indépendant touareg contrôlé par la puissance coloniale.  Et a  refuse aussi  de recevoir sur son territoire des bases françaises dont la mission principale consiste en une surveillance et des pressions sur l’Etat algérien. Depuis les années 60, la France a toujours voulu installer une base militaire à Mopti, chose que les autorités maliennes ont refusé depuis le président Modibo Keïta, dont De Gaule disait « qu’il est le seul chef devant lequel il n’était pas obligé de baisser la tête pour lui parler » , L’affaiblissement de ce pays est envisagé par Paris en permettant à la MNLA de conquérir le nord du Mali, en venant de la Libye. La France, dont les mirages survolaient la Libye, qui dispose de bases militaires au Tchad et contrôle le Niger, aurait pu facilement intercepter les colonnes des rebelles puissamment armés grâce aux arsenaux libyens se dirigeant de la Libye vers le Mali, si elle tenait vraiment à l’intégrité de ce pays.

Selon le docteur Assadek Aboubacrine, universitaire malien, la France aurait passé un deal avec le MNLA : « La France s’engage à soutenir financièrement, diplomatiquement et stratégiquement les séparatistes jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs objectifs. En contrepartie, les séparatistes s’engagent à éradiquer l’AQMI du Nord du Mali et aussi à confier aux sociétés françaises l’exploitation du pétrole du Nord »   .

 Pour que les projets des États-Unis et des Européens se réalisent dans cette région, il faut impérativement déstabiliser l’Algérie, en permettant aux Touaregs de s’équiper en armement, à partir des stocks libyens, et en les laissant transiter librement par le Niger, sous contrôle de la France, pour rejoindre le Nord du Mali, proche de la ville algérienne de Tamanrasset. Quatre objectifs sont fixés dont l’aboutissement serait d’amputer le pays de sa partie saharienne :

1- Affaiblir le mali et l’amener à recevoir sur son sol des militaires français à Mopti ;

2- Confier l’exploitation des gisements d’or, du pétrole et autres minerais à la France;

3- Briser les relations algèro-maliennes ;

4- Contrôler la région saharo-sahélienne géostratégique et riche en minerais stratégiques.



Pourquoi la France cherche-t-elle à affaiblir l’Algérie ?

Quiconque suit les relations entre l’Algérie et la France comprendra que ce n’est pas le Mali qui suscite l’attention de la puissance française, mais bien l’Algérie.

La classe politique française n’a jamais pardonné l’indépendance de l’Algérie ayant ouvert la voie à la décolonisation en Afrique. Depuis juillet 1962, La France entretient des relations avec l’Algérie qui s’inscrivent dans le prolongement de la pensée coloniale. L’Algérie historique doit être punie pour les raisons suivantes :

1- Lors des négociations, l’Algérie n’a pas voulu d’une indépendance avec une souveraineté réduite et une intégrité territoriale amputée du Sahara.

2- Elle n’a pas accordé à la France ce que certains pays africains avaient concédé au titre du pacte colonial de 1961. Ces derniers facilitaient « au profit des forces armées françaises, le stockage des matières premières et produits stratégiques **, lorsque les intérêts de la Défense l’exigent, elles limitent ou interdisent leur exportation à destination d’autres pays »   

3- L’Algérie n’a pas voulu faire partie de la zone monétaire CEFA   . Les pays africains qui appartiennent à cette zone, dirigée par la France, placent 65 % de leurs recettes d’exportation sur un compte du trésor français. Ainsi, la Banque de France dispose d’importantes réserves en devises pour faire face à ses dépenses courantes au moment où des millions d’Africains ne perçoivent pas leurs salaires par manque de liquidités.

De Gaulle avait raison quand il déclarait que « la France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts ».