Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un lien direct entre les agissements des journalistes de C + et la mort de Didier Contant

 

Jean-François Kahn établit un lien direct entre les agissements des   journalistes de C +   et la mort de Didier Contant.

 

« Devant ce travail colossal, minutieux, on ne peut que s'incliner… »

 

Communiqué de presse - Le 26 février 2007

 

15 février 2004. Didier Contant, journaliste indépendant, est victime d'une chute mortelle depuis le balcon d'un immeuble parisien. La police conclut hâtivement à un suicide. Pourtant des interrogations subsistent. Au moment de sa mort, celui qui fut rédacteur en chef de l'agence Gamma, était harcelé par des confrères qui faisaient tout pour torpiller sa dernière enquête sur l'assassinat en 1996 des sept moines trappistes de Tibhirine. Ils l'accusaient de travailler pour les services secrets algériens et français, le discréditaient auprès du journal qui devait publier son enquête. Profondément atteint dans sa réputation et son honneur, Didier Contant ne supporte pas la calomnie et meurt dans des circonstances troublantes. Un seul journaliste posera la question de la responsabilité de ses confrères de Canal + dans sa mort : Jean-François Kahn dans l'hebdomadaire Marianne. Ce dernier sera condamné une première fois pour diffamation. Il vient de gagner le procès en appel qui établit un lien direct entre les agissements de ces journalistes de Canal + et la mort de Didier Contant. La compagne de ce dernier raconte dans Le huitième mort de Tibhirine, l'irresponsable et abject comportement de ceux qui voulurent détruire Didier Contant et qui réussirent au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer. Il s'agit d'un témoignage poignant. Le cri d'une femme qui n'accepte pas la version officielle, qui se bat pour la mémoire de celui qu'elle aimait et qui entend faire éclater la vérité.